Les Blogs du Parc du Vercors

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Thème - Activités de pleine nature

lundi 21 juin 2010

Les Grandes Traversées du Vercors

Dominique Fluzin a fortement mobilisé le Bureau et le Conseil d’administration depuis son élection en novembre dernier. L’association des professionnels des GTV soutient aujourd’hui clairement la mise en place d’une promotion touristique globale du Vercors. C’est pourquoi, elle veut valoriser les offres de tous ses adhérents en développant quatre points majeurs : développement du site web, accompagnement de la promotion Vercors, valorisation d’une offre variée de produits touristiques et adaptée aux attentes des clientèles, renforcement du sentiment d’appartenance des professionnels au réseau des GTV.

Cela se traduit notamment par un travail important à partir du site web des GTV qui “doit davantage donner envie de venir dans le Vercors”. Plus d’images, de vidéos, une newsletter et une offre de produits plus large pour coller au positionnement “pleine nature” des adhérents des GTV (randonnée, VTT, ânes, famille, bien-être etc.). Ce site doit aussi suivre les évolutions actuelles, notamment avec l’émergence de l’interactivité via le web 2.0 et l’apparition de nouvelles technologies (iphone, GPS, etc.).

Accompagner la promotion globale du Vercors animée par le Parc en étant présents dans les organismes de promotion, de l’office de tourisme local aux comités départementaux du tourisme grâce à des correspondants par secteur est également l’un des objectifs des GTV. Cela implique de participer à des salons ou évènements avec une offre de produits attractifs et originaux, de travailler sur des produits “en étoile” irriguant l’ensemble du territoire autour des tracés GTV existants, sans oublier le soutien à des activités émergentes comme le ski de randonnée nordique.

Concernant le réseau lui-même, l’idée est de « pouvoir passer d’une logique d’adhérent parfois “consommateur, en attente de”, à la fierté d’appartenir à un réseau actif, à un Vercors qui bouge, qui innove, que tout un chacun souhaite faire découvrir par delà sa propre activité » explique son président.

lundi 21 juin 2010

L’âne Voyageur

Fondé par Dominique Ville il y a 20 ans, l’âne Voyageur est une structure qui a été reprise par Vincent Prud’homme et Stéphane Charrais en 2006. Tous les deux accompagnateurs en montagne, ils se sont spécialisés dans les séjours accompagnés en autonomie sur le Parc naturel régional du Vercors.

Leurs objectifs sont de faire connaitre cet animal doux et très attachant qui sait se rendre utile sur les sentiers de montagnes et de sensibiliser les publics accueillis à la protection de l’environnement.

L’accueil de publics spécifiques (handicapés moteur ou mentaux, enfants en longues maladies) s’est mis en place naturellement au gré des demandes d’éducateurs ou de personnels soignants.

C’est avec beaucoup de plaisir que nous partageons des moments forts avec ces personnes dont la réceptivité aux contacts de nos ânes est quasi fusionnelle.

Aucune prétention chez Stéphane ou Vincent de faire de l’asinothérapie, ils sont simplement les médiateurs de ces rencontres entre l’homme et l’animal. Ils expliquent, rassurent, encadrent les groupes afin que la rencontre se passe en douceur et dans un climat serein.

Ce sont les ânes (Vanille, Roméo, Karamelle, Napo…) qui créent l’étincelle de magie que l’on aperçoit à travers un sourire, un regard ému, un gros câlin contre l’encolure… ils sont fidèles à l’homme et rendent au centuple l’affection qu’on leur porte. Si par le passé, certains les ont associés à la bêtise ou l’entêtement, il suffit de quelques heures passées en leurs compagnies pour chasser ces idées reçues. L’âne possède de longues oreilles car il sait écouter, il est de petite taille pour se faire caresser, robuste pour mieux nous porter et les enfants, en premier, savent l’apprécier… Les ânes font partie intégrante de l’histoire du Vercors, ils se sont rendus utiles dans de nombreux métiers : bergers, paysans, charbonniers, meuniers, colporteurs… et c’est maintenant sur les sentiers de randonnée qu’ils continuent de nous servir, pour notre plus grand plaisir.

Le Journal du Parc : Quels sont les principaux fondements de votre association ?

L’écologie est au cœur de nos préoccupations avec trois axes majeurs.
- La relocalisation : nous centrons nos activités sur le Vercors et évitons les déplacements gros consommateurs en énergie et travaillons en réseau localement avec les producteurs du Vercors.
- L’autonomie : nous privilégions les petits producteurs locaux pour la confection des repas. Nous proposons des aliments naturels issus de l’agriculture biologique et de l’agriculture paysanne du Vercors.
- La décroissance : nous basons notre fonctionnement sur des principes de gestions originaux et solidaires où pouvoir, croissance et profit ne sont plus les buts ultimes. Nous travaillons sur la possibilité de proposer à notre clientèle une plus grande qualité de service et de prestation tout en conservant des tarifs accessibles au plus grand nombre.

Consommer moins mais mieux, aller moins loin (rester en France dans notre région) mais gagner en profondeur, proposer des séjours courts (de 4 à 7 jours) mais augmenter l’intensité et l’authenticité des instants vécus. Véhiculer des valeurs qui ne sont pas monnayables comme l’émotion, l’émerveillement ou encore la disponibilité et la convivialité.

Contact :

Vincent Prud’homme et Stéphane Charrais pour l’âne Voyageur, La Chapelle-en-Vercors. http://www.randoanevercors.com

jeudi 11 août 2011

Nouvelle saison pour les gardes verts du Parc

JPEG - 72.5 ko

Depuis 1993, le mois de mai de chaque année donne le départ de la mission saisonnière de la garderie verte du Parc. Jusqu’en octobre, ce sont six mois de présence marquée sur le terrain où les gardes veillent au grain...

C’est Stéphane Fayollat, responsable des sentiers du Parc, qui coordonne l’équipe depuis ces six dernières années. Il prépare en amont les missions de chacun, assure la logistique et l’administratif liés à leur activité. Auprès d’eux tout au long de ce semestre et en coulisse depuis la Maison du Parc, il récolte en octobre les informations transmises par les gardes pour en faire une synthèse, une sorte d’état des lieux annuel des plus utiles pour les projets à venir.

Six gardes verts arpentent ainsi le terrain du printemps à la fin de l’automne pour des missions aussi riches que variées souvent accomplies en collaboration très étroite avec les communes de leur secteur.

Pluridisciplinaires...

Dans leur mission, une grande partie de leur temps est consacrée à la gestion des sentiers de randonnée en collaboration avec les associations locales. Les gardes assurent l’entretien de la signalétique et sa mise à jour en fonction des éditions de carto-guides, ainsi que le balisage des itinéraires.

L’accueil et l’information au public rencontré sur ces mêmes sentiers est également au cœur de leur fonction. Sensibiliser les randonneurs ou les simples visiteurs aux comportements vertueux à observer dans la nature est primordial. Car il n’est pas rare de constater que le respect des lieux est encore souvent loin de leurs préoccupations. À la différence des gardes de la Réserve, leur rôle s’arrête à l’information et à la prévention. Non assermentés, ils ne peuvent par conséquent dresser de procès verbaux aux éventuels contrevenants.

La relation avec les acteurs locaux est un élément clé de leur mission. De l’agriculteur au chasseur en passant par les élus, les responsables touristiques, les randonneurs, les vététistes... les divergences d’intérêts sont multiples. Les gardes endossent le rôle de médiateur dont la priorité reste la gestion et le partage raisonnés de ce territoire protégé. Auprès des communes de leurs secteurs, ils peuvent également être appelés à participer à la mise en place de manifestations locales.

Dans leur tâche, les gardes verts se doivent aussi d’être les observateurs scientifiques de la faune et de la flore. Suivi de réintroduction comme celle du gypaète barbu, recensement et inventaire des espèces, autant d’informations collectées sur le terrain qui viennent alimenter et optimiser la base de connaissances déjà bien étoffée du Parc mise à disposition des scientifiques et passionnés.

Tour à tour observateur, ambassadeur, médiateur, technicien, et porte-parole, le garde vert est par essence pluri-disciplinaire. Véritable fil d’Ariane entre le terrain, les acteurs locaux et le Parc, son action est aujourd’hui reconnue et sa présence attendue !

Portrait des 6 gardes verts.

Une stratégie touristique pour le territoire

Fort de son expérience notamment en matière d’aménagement des sentiers et par la mise en place des Grandes Traversées du Vercors, le Parc consolide désormais son action dans le domaine touristique. Cette intervention est structurée par une stratégie validée à l’échelle du territoire (Charte constitutive du Parc) et reconnue dans la Charte européenne du tourisme durable (standard méthodologique européen pour les parcs). Le Parc est engagé dans cette démarche depuis 2003, le renouvellement est prévu cette année.

Cette stratégie s’articule autour de trois grands axes

  1. Structuration de l’offre touristique :
    - Valorisation des itinéraires de promenades et randonnées
    - Animation des réseaux d’hébergeurs et prestataires (Marque Parc, GTV, ACEV, Gîte Panda)
    - Organisation des sports de nature
  2. Diversification de l’offre touristique :
    - Contrat de diversification du Vercors (programme d’action 2010-2013 d’un montant de 4,8 Me)
  3. Promotion “Vercors” :
    - Programme d’actions en faveur de la restructuration de la promotion et de la définition de valeurs et d’une image commune au Vercors

Un projet de massif cohérent et solidaire

Le programme de diversification des stations durables du Vercors (2010-2013) piloté par le Parc, a pour objectif d’accompagner les stations dans un repositionnement nécessaire, suite à la mutation des attentes des clientèles et aux changements climatiques afin de garantir un projet de massif cohérent et solidaire.

Principales actions

  • Quatre Montagnes : réalisation de la boucle intercommunale de déplacement doux (itinéraire destiné aux déplacements doux de toutes natures, été comme hiver, doté de services attractifs et innovants, destinés aux visiteurs comme aux habitants).
  • Coulmes : valorisation patrimoniale et touristique quatre saisons du massif des Coulmes : renforcement du produit touristique “Tour des Coulmes” ; adaptation des bâtiments d’accueil aux nouvelles attentes ; étude de faisabilité pour la création d’un musée de la Géologie.
  • Trièves : réalisation du Balcon Est à trois niveaux entre Le Gua et Chichilianne : valoriser la route à destination des cyclotouristes ; relancer l’ancien itinéraire nordique ; maintenir le sentier du Balcon Est en état ; communications conjointes des communes participantes, développement des services aux points d’accueil des portes d’entrées pour accéder aux itinéraires.
  • Vercors Drôme : développement des espaces d’activités vitrines “Ludi-Parc” utilisables toute l’année, des services innovants aux points d’accueils, des déplacements doux et la mise en place d’outils pédagogiques.

Ce programme est soutenu par l’État, l’Europe et la Région.

Martin Béchier (Vice-président du Parc chargé du tourisme durable)

« La stratégie tourisitique du Parc est guidée essentiellement par les besoins recencés sur le territoire et qui s’inscrivent dans notre charte. Les liens politiques et techniques entre le Parc, les collectivités et les professionnels du tourisme se créent et se renforcent chaque année davantage. La commission tourisme s’efforce d’être un lieu d’échanges et de débat constructif nécessaires pour le développement d’un tourisme réellement durable. Je vous souhaite à tous une bonne saison. »

Contacts : Mathieu Rocheblave et Didier Lalande

jeudi 20 juin 2013

2013.B 39 - Conception et fabrication de panneaux d’information en forêt

Contexte historique

Les espaces forestiers du territoire du Parc, sont équipés d’une voirie pour permettre la mobilisation des bois et la gestion des forêts.

Ces voiries forestières sont souvent le départ ou le support d’activités nombreuses et variées (randonnées diverses) et les travaux de récolte de bois pratiquée depuis cette voirie, dont l’objectif principale est la gestion et l’exploitation forestière, peut occasionner une gène et des contraintes pour les autres usagers.

Une communication / information en direction des publics usagers des dessertes et espaces forestiers peut être une première réponse adaptée à l’atténuation de conflits d’usage, de sécurité ou d’environnement. C’est aussi un moyen de sensibiliser les usagers à la gestion de la forêt.

Cette opération est inscrite dans l’avenant au PSADER porté par le Parc du Vercors, elle a été validée par le Comité de Pilotage du Psader Parc (commission forêt du parc) le 25 avril 2013.

L’objectif vise à améliorer l’accueil du public en forêt par une information des chantiers qui s’y déroulent mais aussi de sensibiliser les usagers aux enjeux de la gestion forestière.

Descriptif du projet - Contenu

L’opération consiste en la conception et la fabrication de 200 panneaux d’information en direction du public usager des équipements de voirie forestière pour les loisirs.

Le contenu consiste à expliquer par des textes courts et des ’illustrations’ les principes et enjeux de la gestion forestière ainsi que les usages de la desserte.

Deux types de support sont envisagés pour ces panneaux d’un contenu quasi identique :

- L’un sous forme ’légère’ et mobile pour informer les usagers au plus près lors des chantiers d’exploitation forestière, panneaux qui seront remis aux gestionnaires qui les installent de façon temporaire.

Le Parc du Vercors porte cette partie du projet (panneaux légers/mobile) afin de mutualiser la conception et la fabrication.

- L’autre sous forme plus durable, sur un support solide et installé de façon pérenne en des points stratégiques, très fréquentés sur des départs de route forestière le plus souvent. Ces panneaux feront l’objet de dossiers spécifiques selon les maîtres d’ouvrage.

Les collectivités porteront la réalisation et l’installation des panneaux fixes sur leurs routes forestières.

Coût et plan de financement

Dépenses :

Poste de dépenseCoût TTC
Conception du panneau (illustrations, infographie)  465,28 €
Fourniture et impression de 200 panneaux akylux, format 800 / 600 avec œillets 1 417,26 €
Total 1 882,54 €

Plan de financement prévisionnel

Dans l’avenant du PSADER, la dépense avait été estimée et donc plafonnée à 1 500 € TTC.

Le taux de subvention fixé à 80 % soit 1 200 €.

Montants Taux sur dépense totale
PSADER RRA 1 200,00 €  63,75 %
Autofinancement  682,54 €  36,25 %
TOTAL 1 882,54 € 100,00 %

Le Bureau, après en avoir délibéré, à l’unanimité décide :

  • d’ACCEPTER de mobiliser les subventions auprès de la Région Rhône-Alpes,
  • d’ENGAGER cette opération avec le plan de financement prévisionnel ci-dessus,
  • d’AUTORISER la Présidente à signer tous les actes et pièces relatifs à ce dossier.

mardi 7 février 2012

2012.B 06 - Programme de diversification des stations durables du Vercors : positionnement du Bureau sur les actions en maîtrise d’ouvrage du Parc du Vercors - Action 3.2.1. : Développer les circulations douces

Dans le cadre du Programme de diversification des stations durables POIA, il est demandé au Bureau du PNRV de se positionner sur les actions ci-dessous.

Action 3.2.1. : Développer les circulations douces

Une délibération (n° 2011.B 05) a déjà été prise pour cette action mais la nature des dépenses et le plan de financement ayant changé, il est demandé au bureau de bien vouloir délibérer à nouveau.

Ces modifications ont été validées par le Comité de Pilotage POIA du 28 02 2011.

Objectifs :

Identifier et accompagner le développement des différents itinéraires de déplacement doux pour créer un nouveau produit contribuant à la diversification touristique.

Valoriser les acteurs touristiques pour répondre à la demande d’activités de loisirs et pour renforcer l’axe éco touristique de développement du territoire.

Contenu de l’action :
    • Voies douces : définition d’un concept commun aux différents secteurs du Parc, étude financée par le CDRA Royans Vercors (action citée à titre d’information).
    • Étude pour la signalisation et l’aménagement des voies douces : expérimenter un concept innovant et attractif, reproductible sur tous les projets voies douces du territoire.
Plan de financement :
DEPENSESRECETTES
3.2.1. : Action transversale- Étude pour la signalisation et l’aménagement des voies douces Fct 35000,00 Conseil Régional (0%) 0,00
FEDER
(80%)
28 000,00
Autofinancement (20 %) 7000,00
TOTAL 35000,00 TOTAL 100 % 35 000,00

Le Bureau, après en avoir délibéré, à l’unanimité décide :

  • d’APPROUVER l’opération développer les circulations douces / action 3.2.1. du programme de diversification des stations durables POIA Vercors et son plan de financement,
  • d’AUTORISER la Présidente à signer tous actes et pièces relatifs à ce dossier.