39 agriculteurs, 5 bouchers, 93 hébergeurs restaurateurs et 16 prestataires en randonnée sont aujourd’hui estampillés Marque Parc. Toute une gamme de produits à promouvoir ! C’est tout le pari de la démarche de communication engagée par le Parc.

Précurseur, il l’était, précurseur, il restera. Telle pourrait être la devise du Parc du Vercors qui, à lui seul, regroupe 15 % du millier de prestataires estampillés Marque Parc dans les 46 PNR français.

“Nous avons été l’un des premiers à s’engager dans cette démarche avec, dès 1992, un premier marquage produit demandé par les apiculteurs” rappelle Jean-Luc Langlois, chargé de mission agriculture au Parc.

L’élan était donné. Épaulé par l’Apap , le Parc décline désormais cinq produits marqués Parc : la viande bovine, les fromages fermiers, les truites et salmonidés, les plantes à parfum aromatiques et médicinales (PPAM) et, depuis septembre 2009, l’agneau. Il choisit de déployer également, dès les années 2000, la seconde famille de marque Parc, celle de l’Accueil, attribuée à des hébergeurs, des restaurateurs et des prestataires touristiques.

“Tous partagent les mêmes valeurs, à savoir la qualité de l’accueil, la connaissance et la découverte du territoire et le respect de l’environnement. et l’engagement de chaque « marqué », Produit ou Accueil, audité tous les trois ans, est volontaire”, résume Sophie Valeron, animatrice du réseau des hébergeurs.

“C’est une façon d’afficher sa fierté d’appartenir au Vercors. De dire « le Parc, c’est nous »” constate Jean-Luc Langlois,

ravi de l’afflux de candidats producteurs enregistrés (+ 13) depuis douze mois. Pour tous, c’est également un moyen de se distinguer.

“Car au-delà de l’appartenance affirmée au territoire, être Marque Parc, c’est aussi afficher un savoir-faire local, maîtrisé et respectueux de l’environnement. Une dimension humaine forte aujourd’hui appréciée des consommateurs” insiste Jean-Luc Langlois.

Une démarche de progrès

“Être marque Parc, c’est s’engager dans une démarche de progrès” ajoute Mathieu Rocheblave, chargé de mission tourisme durable du Parc.

Le dispositif intègre en effet conseil et formation. Depuis sept ans, les accompagnateurs en montagne ont pu ainsi se former à la géologie, à la préhistoire, à l’entomologie… Trois ou quatre jours de formation sont programmés chaque année.

“Et nous avons également mis en place un extranet présentant les sorties randonnées programmées. L’information est relayée par les offices de tourisme qui l’intègrent dans leur planning hebdomadaire” explique Mathieu Rocheblave.

Résultat, le nombre de participants enregistrés a plus que doublé en six ans : 450 personnes avaient participé aux 24 sorties encadrées en 2004 ; elles étaient 1 005 à avoir suivi les 143 sorties effectuées en 2009. Et le taux de sorties réalisées est passé de 41,4 % à 57 % sur cette période.

“L’accompagnement payant était en grande difficulté. La démarche Marque Accueil Parc a permis à la filière de sortir la tête de l’eau. Aujourd’hui nous pourrions aller plus loin. Passer du marquage de sorties à la demi-journée ou à la journée au marquage de séjours, incluant randonnée accompagnée, mais aussi hébergement, restauration et produits. Une sorte de panier Vercors réunissant toutes les filières. Un tout compris qui pourrait ensuite être proposé en agences” avance le chargé de mission.

Et ces packages pourraient aussi inclure d’autres activités de plein air encadrées, moyennant bien sûr “marquage” de ces autres types d’accompagnement. Sophie Valeron acquiesce et précise :

“Ce décloisonnement des filières pour un meilleur développement économique du territoire est déjà en route”.

La mise en place d’un plan marketing est évidemment l’autre signe fort de ce décloisonnement. Car la stratégie définie et les outils de communication qui seront déployés doivent clairement permettre de mieux faire connaître – et apprécier – la Marque Parc dans sa globalité.

“Nous sommes le premier Parc à travailler ainsi sur la communication de sa marque, l’enjeu est de taille, souligne Alexandra Couturier en charge de la communication pour le Parc.

Les acteurs seront évidemment impliqués dans les réflexions. La démarche se veut participative”. Et la question tient à coeur aux élus.

Signe de l’importance qu’accorde le Vercors à cette démarche, sa Présidente, Danièle Pic, préside désormais aussi la commission Marque Parc de la fédération des PNR.

Extrait du Journal du Parc N°59 - Automne 2010