Je vous invite à une petite promenade colorée en l’honneur du mariage du soleil et de la pluie.Un phénomène météorologique bien connu et apprécié par les petits et les grands : l’arc en ciel. Je ne saurais en aucun cas capable de rentrer dans une démonstration technique de haut vol, je vous propose cependant certaines observations faites ces dernières années dans notre belle région . Lorsque passe le Soleil à travers les gouttes d’eau agissant comme des prismes, la lumière se décompose en de jolies couleurs : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. La lumière blanche est réfractée et chacune des couleurs est déviée suivant un angle différent, si bien que pour un angle précis apparaissent chacune des couleurs sous la forme de l’arc bien connu. Celui-ci a un rayon d’environ 42 degrés. Il faut donc en plus de ces ingrédients principaux que certaines conditions soient réunies : Il faut être placé entre le soleil et la pluie, que celle-ci soit atteinte par les rayons, que le soleil ne soit pas trop haut au dessus de l’horizon, sachant que plus il sera bas et plus l’arc sera haut et inversement, plus le soleil sera haut, et plus l’arc sera plat, ainsi au dessus de 42 °, le phénomène n’est plus visible. La taille, le type des gouttes ont aussi leur importance. Plus la goutte est grosse (averse orageuse, ou giboulée de Mars), meilleure sera la diffraction et plus la dispersion de la lumière sera efficace, l’arc résultant sera donc net et très coloré. Par contre dans des conditions de bruine ou un crachin, l’arc sera plus pâlichon et biens moins concis.La goutte d’eau est très personnelle et ne partage pas ses qualités « optiques » avec le flocon de neige, donc neige plus soleil ne donneront pas la fameuse écharpe irisée. La pluie n’est pas fidèle et parfois taquine également la lune et dans de rares conditions de pleine lune, il peut y avoir formations d’arc-en-ciel. Ces arcs seront plutôt blafards avec un bord rouge pâle ! Lorsque les conditions sont particulièrement bonnes, on peut constater un arc secondaire, voir tertiaire. Entre le premier et le deuxième arc-en-ciel, la bande de ciel apparaît plus sombre. Ce phénomène, appelé « bande d’Alexandre » en l’honneur d’ Alexandre d’Aphrodise qui la décrivit le premier, est du à un déficit de lumière. L’arc secondaire est toujours plus pâle que le primaire, il est du à la double réflexion de la lumière du soleil à l’intérieur des gouttes de pluie et apparaît sous un angle de 50-53° dans la direction opposée au Soleil. Ainsi les couleurs de l’arc secondaire sont inversées par rapport à celles de l’arc primaire. Vous vous en doutez, une telle manifestation céleste ne passe pas inaperçue et toutes les mythologies s’en sont régalées. En ce qui me concerne, n’étant pas suffisamment mystique, et convaincu que je ne parviendrai jamais à passer sous l’un d’entre eux, je ne désespère pas un jour d’avoir la chance d’en photographier un par la tranche !!! Place aux images : Les Dombes. Janvier 2003. Un soleil très bas donne un arc très haut. la plaine amplifiants l’impression de dôme. 

JPEG - 46.4 ko

 un second au pied des 3 Pucelles un fameux 11 Septembre 2005 

JPEG - 94 ko

 une autre vision de ce bout d’arc perçant la pénombre sous l’orage le 27 avril 2007

JPEG - 51.7 ko

 deux images faites plus tôt dans la soirée, soleil plus haut, donc arc plus plat !!! le 24 février 2007 au dessus des bois de Vouillant

JPEG - 54.2 ko

 ou encore le 29 mars 2006 au dessus de Grenoble. la netteté des franges de couleurs et la force de la couleur signifie qu’il s’agit là de bonnes grosses gouttes musclées !! 

JPEG - 45.4 ko

 le même arc-en-ciel un peu plus tard. les trombes de pluies sont bien visibles sur cette image

JPEG - 55.3 ko

 un double arc-en-ciel au dessus de la Tour sans Venin le 27 mai 2005. la bande d’Alexandre, zone plus sombre entres les deux arcs est bien visible, ainsi que l’inversion des couleurs sur l’arc secondaires. ce genre d’images, vous vous en doutez est le résultat de la combinaison de plusieurs images en mode panoramique (ici 6 images verticales)

JPEG - 55.9 ko

 je continue par une petite série où nuages et pluies ont comblé de joie mon capteur ! le 15 Mai 2007, le Néron voit le jour. Pas, la Bastille !

JPEG - 57.7 ko

 3 images faites le 26 Mai et le 26 Aout 2007 où un arc bas souligne de superbes trombes de pluie au dessus de Venon.

JPEG - 61.3 ko

 

JPEG - 55.6 ko

 

JPEG - 40.9 ko

 deux images de précipitations sur Grenoble le 09 et 20 Avril 2007. des nuages et des trombes d’eau très photogéniques !

JPEG - 44.3 ko

 

JPEG - 62.3 ko

 le 04 juillet 2006, le soleil semble peigner les couleurs au dessus de la Bastille

JPEG - 49.6 ko

 le 10 Juin 2009 au dessus du Conest, un bout d’Arc quasi vertical

JPEG - 22.2 ko

 trombes d’eau pour l’Alpe du Grand-Serre et couleurs pour le plateau de Tavernolles un 26 avril 2009 !

JPEG - 47.4 ko

 le 10 Juillet 2005. Parfois à trop vouloir narguer les reliefs, il arrive qu’il s’accroche bêtement aux branches !

JPEG - 107.7 ko

 une image surprenante : un éclair a la lumineuse idée de passer sous l’arche ! 

JPEG - 36.2 ko

 Voilà, j’espère que cette petite série vous permettra de regarder un peu différemment cette belle écharpe céleste et je terminerai avec cette vieille diapo scannée prise il y a 20 ans au col de la Madeleine, lors d’une mémorable sortie minéraux, où nous avons eu droit juste après cette image à un colossale orage comme j’en ai rarement eu l’occasion d’en revivre. 

JPEG - 43.9 ko

 n’hésitez pas à me faire remonter vos remarques et : Bon Week-end !!!