Le Blog d’Alain Herrault

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

0 | 15

dimanche 6 mars 2011

Les Dolomites à vélo.

Un petit tour, une fois n’est pas coutume, hors de nos frontières mais nous restons malgré tout dans la massif Alpin. Direction l’Italie, plus précisément, la Vénétie du nord et le Trentin, dans ce superbe massif des Dolomites inscrit au patrimoine mondial de l’ UNESCO . Un petit retour en arrière, d’autant plus qu’il y a un peu d’Isère dans l’histoire de cette forteresse alpine :Déodat Dieudonné Sylvain Guy Tancrède Gratet de Dolomieu, est né le 23 juin 1750 au château des Gratet de Dolomieu (38). Le musée d’histoire naturel de Grenoble ainsi que l’institut de géologie portent son nom.En 1791, ce grand voyageur et Géologue décrira pour la première fois la fameuse Dolomie qu’il trouvera dans ce massif transalpin.Il publie dans le Journal de physique un article intitulé « Sur un genre de pierres calcaires très peu effervescente avec les acides et phosphorescentes par la collision » et envoie ses échantillons à de Saussure, grand géologue Suisse, pour analyse qui tranche en faveur du nom de dolomie , en hommage à son inventeur en mars 1792. Le nom de « Dolomites » sera ensuite donné vers 1876 à la région des Alpes italiennes ( merci Wikipédia !!!) La dolomie est une roche sédimentaire carbonatée (triasique dans ce cas). On la retrouve dans nombreux endroits en France, comme aux Baux de Provence, le massif de la Sainte Baume ou encore les chaos de Montpellier le vieux sur le Larzac et bien sûr plus prés de chez nous, à la fameuse Pierre Percée sur le plateau Matheysin (une des 7 merveilles du Dauphiné mais loin derrière le Mont-Aiguille !!!). Les présentations étant faites, nous partons en juin 2006 avec le copains de l’ASPTT Grenoble, pour quatre jours par monts et par vaux, découvrir cette montage unique (où naquirent les Vias Ferratas) par le moyen de transport le plus noble après le cheval dirons nous : le vélo !!! Attention, ça va faire mal aux mollets !!! Et, Tout à gauche, c’est parti ...................... 

JPEG - 25.2 ko

Juin est certainement le mois idéal pour découvrir ce pays à vélo même si la météo a été relativement délicate avec nous. 

JPEG - 19.3 ko

une des difficultés du jour : le Passo Rolle où la neige nous surprendra !!! 

JPEG - 21.6 ko

très belle lumière sur la Cimon della Pella (3184 m) 

JPEG - 16.2 ko

la route redescend sur la station de San Martino au pied de ’pale de San Martino’. Lumière métallique à souhaits ! 

JPEG - 60.9 ko

Derrière nous s’éloignent le massif de Vezanna dans un ciel toujours tés chargé 

JPEG - 87.9 ko

La pluie n’est plus très loin. Ne se croirait on pas au pied du Pas Ernadant coté Barrière orientale du Vercors (appelée à juste titre Dolomites Françaises) ???? 

JPEG - 107.3 ko

La lune me met fait un petit clin d’oeil avant que ne tombe la nuit sur la Forteresse du Monte Civetta 

JPEG - 38.6 ko

en montant à la fraiche au Paso del Fazarego, une silhouette médiévale dans la brume. 

JPEG - 32 ko

le petite ville d’ Allegue où nous résidions ces 3 nuits se reveille. Humidité au max !!!! 

JPEG - 61.2 ko

la flèche du clocher de Canazei semble nous indiquer les fabuleuses aiguilles de Lungo 

JPEG - 78.3 ko

la montée au Paso di Sella est un vrai enchantement d’autant que la météo se mettait dans notre camp 

JPEG - 82.4 ko

Un casse-cro^te inoubliable au pied de ces monstres dolomitiques 

JPEG - 98.6 ko

 Les pentes du Pordoî font danser l’ami Patrick dans un cadre extraordinaire !! 

JPEG - 76.3 ko

à chaque détour d’une combe, d’un virage, une nouvelle claque. 

JPEG - 67 ko

après la paso di Falzarego, Cortina d’Ampezzo, direction les redoutables ’Tre Cime di Lavaredo’ 

JPEG - 60.3 ko

la Croda Rossa se démarque par sa belle couleur rouge. 

JPEG - 65.9 ko

aller, Jean Phi, c’est par la haut que l’on va. La météo est grincheuse 

JPEG - 75 ko

petit passage à plat pour souffler mais le ciel est de plus en plus menaçant 

JPEG - 75.8 ko

Impressionnante silhouette dans la grisaille 

JPEG - 59.3 ko

 encore un sommet incroyable sur la gauche en montant. la route qui monte au tre cime du Lavaredo est un vrai mur !!!!! 

JPEG - 59.8 ko

Le soleil arrive à percer du coté des aiguilles de Cadini 

JPEG - 97.3 ko

le refuge di Lavaredo à 2333 m sera notre délivrance. 

JPEG - 71.5 ko

Passage au col Sant Angelo où le ciel devient de plus en plus menaçant 

JPEG - 67.1 ko

et quand il n’y en a plus, il y en a encore : Montée au passio di Guio. Relax le père Philippe 

JPEG - 75.9 ko

Tout en souplesse, la pente ne semble pas affecter l’ ami Pascal au cœur de la reserve nationale du Monte Pelvo 

JPEG - 78.1 ko

Le métronomique Jean Philippe va accrocher le passo di Guio à son palmares 

JPEG - 43.8 ko

en redescendant du paso di Guio, le clocher de Seva di Cadore sous la massive silhouette du Monte Pelvo 

JPEG - 48.9 ko

Fin d’une mémorable journée haute en paysages sublimes et en mollets douloureux. le Mont Pelvo mous salue une dernière fois 

Le Baconnet en panoramiques.

aujourd’hui, direction Sud Isère et son charmeur Trièves. je vous propose d’aller faire une petite visite à cette ligne de crêtes, Balcon du Vercors sur le Trièves. une altitude, somme toute modeste mais des ambiances dantesques quand le vent du nord entre dans la danse. Si vous ne croyez pas que le bout du monde existe, vous vous trompez, je l’ai tutoyé ..... une petite série d’images faites l’hiver dernier à l’occasion de 4 sorties différentes. Mettez vos bonnets et vos gants : C’est parti !!

JPEG - 67.6 ko

et à tout seigneur, tout honneur !! je ne vous ferai pas l’affront de vous le nommer.

JPEG - 113.4 ko

avec un peu de recul, il est toujours aussi impressionnant.

JPEG - 44.5 ko

ce jour là, Pascal sera mon compagnon de caillante

JPEG - 17.3 ko

des conditions idéales, nous sommes à l’interface du blanc et du bleu

JPEG - 35.5 ko

pas chaud, mais que c’est beau !

JPEG - 17.8 ko

visibilité moyenne !!!!!

JPEG - 16 ko

langue de glace

JPEG - 30.5 ko

les corniches sont menaçantes mais tellement grisantes. petite série entre gris et bleu

JPEG - 47 ko

 3 images avec le petit homme

JPEG - 31.1 ko

tiens, voilà de la couleur

JPEG - 36.9 ko

mais oui, c’est bien le ciel !!une petite sortie avec Seb

JPEG - 35.5 ko

 et toujours ces dégueulantes de glace et de neige face au Dévoluy

JPEG - 24.9 ko

un profil félin pour celle-ci

JPEG - 51.5 ko

au secours, un ciel désespérément vide coté deux sœurs et grande Moucherollece 2 janvier, j’ai eu le plaisir de faire découvrir à Loic ce Trièves secret

JPEG - 60.2 ko

un spot inégalable !!!

JPEG - 39.1 ko

mélèzes et épicéas conjugent formes et nuances

JPEG - 41.7 ko

la vague

JPEG - 56.9 ko

la surpise, et pour eux et pour nous

JPEG - 61.7 ko

10 petites secondes d’une rare densité !

JPEG - 45.4 ko

en se retournant, les chocards nous surveillent. Retour en Mars par conditions sibériennes avec Jean-René

JPEG - 26.7 ko

le vent hurle et mes doigts pleurent

JPEG - 26.7 ko

tiens, ce n’est donc pas du noir et blanc !

JPEG - 20.1 ko

Ambiance !!!

JPEG - 19.5 ko

Quand je vous dis que j’ai vu le bout du monde !

JPEG - 28.2 ko

le bleu finira également par prendre le dessus

JPEG - 51 ko

vagues à lames ;-))) et pour finir, quelques prises verticales issues de ces 4 compagnonnades

JPEG - 75.4 ko

qui s’y frotte ....

JPEG - 93.1 ko

lignes douces et couleurs tranchées.

JPEG - 75 ko

la trace

JPEG - 16.4 ko

Attention, Jean René !!

JPEG - 18 ko

l’appel du vide

JPEG - 16.8 ko

je me demande si sur Uranus, c’est plus dépaysant !!

JPEG - 31.1 ko

et pour finir cette prise d’air, le coucou de mon petit bonhomme qui fera un jour l’objet d’un édito, mais ceci est une autre histoire ..... 

dimanche 6 mars 2011

l’ Arc en Ciel

Je vous invite à une petite promenade colorée en l’honneur du mariage du soleil et de la pluie.Un phénomène météorologique bien connu et apprécié par les petits et les grands : l’arc en ciel. Je ne saurais en aucun cas capable de rentrer dans une démonstration technique de haut vol, je vous propose cependant certaines observations faites ces dernières années dans notre belle région . Lorsque passe le Soleil à travers les gouttes d’eau agissant comme des prismes, la lumière se décompose en de jolies couleurs : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. La lumière blanche est réfractée et chacune des couleurs est déviée suivant un angle différent, si bien que pour un angle précis apparaissent chacune des couleurs sous la forme de l’arc bien connu. Celui-ci a un rayon d’environ 42 degrés. Il faut donc en plus de ces ingrédients principaux que certaines conditions soient réunies : Il faut être placé entre le soleil et la pluie, que celle-ci soit atteinte par les rayons, que le soleil ne soit pas trop haut au dessus de l’horizon, sachant que plus il sera bas et plus l’arc sera haut et inversement, plus le soleil sera haut, et plus l’arc sera plat, ainsi au dessus de 42 °, le phénomène n’est plus visible. La taille, le type des gouttes ont aussi leur importance. Plus la goutte est grosse (averse orageuse, ou giboulée de Mars), meilleure sera la diffraction et plus la dispersion de la lumière sera efficace, l’arc résultant sera donc net et très coloré. Par contre dans des conditions de bruine ou un crachin, l’arc sera plus pâlichon et biens moins concis.La goutte d’eau est très personnelle et ne partage pas ses qualités « optiques » avec le flocon de neige, donc neige plus soleil ne donneront pas la fameuse écharpe irisée. La pluie n’est pas fidèle et parfois taquine également la lune et dans de rares conditions de pleine lune, il peut y avoir formations d’arc-en-ciel. Ces arcs seront plutôt blafards avec un bord rouge pâle ! Lorsque les conditions sont particulièrement bonnes, on peut constater un arc secondaire, voir tertiaire. Entre le premier et le deuxième arc-en-ciel, la bande de ciel apparaît plus sombre. Ce phénomène, appelé « bande d’Alexandre » en l’honneur d’ Alexandre d’Aphrodise qui la décrivit le premier, est du à un déficit de lumière. L’arc secondaire est toujours plus pâle que le primaire, il est du à la double réflexion de la lumière du soleil à l’intérieur des gouttes de pluie et apparaît sous un angle de 50-53° dans la direction opposée au Soleil. Ainsi les couleurs de l’arc secondaire sont inversées par rapport à celles de l’arc primaire. Vous vous en doutez, une telle manifestation céleste ne passe pas inaperçue et toutes les mythologies s’en sont régalées. En ce qui me concerne, n’étant pas suffisamment mystique, et convaincu que je ne parviendrai jamais à passer sous l’un d’entre eux, je ne désespère pas un jour d’avoir la chance d’en photographier un par la tranche !!! Place aux images : Les Dombes. Janvier 2003. Un soleil très bas donne un arc très haut. la plaine amplifiants l’impression de dôme. 

JPEG - 46.4 ko

 un second au pied des 3 Pucelles un fameux 11 Septembre 2005 

JPEG - 94 ko

 une autre vision de ce bout d’arc perçant la pénombre sous l’orage le 27 avril 2007

JPEG - 51.7 ko

 deux images faites plus tôt dans la soirée, soleil plus haut, donc arc plus plat !!! le 24 février 2007 au dessus des bois de Vouillant

JPEG - 54.2 ko

 ou encore le 29 mars 2006 au dessus de Grenoble. la netteté des franges de couleurs et la force de la couleur signifie qu’il s’agit là de bonnes grosses gouttes musclées !! 

JPEG - 45.4 ko

 le même arc-en-ciel un peu plus tard. les trombes de pluies sont bien visibles sur cette image

JPEG - 55.3 ko

 un double arc-en-ciel au dessus de la Tour sans Venin le 27 mai 2005. la bande d’Alexandre, zone plus sombre entres les deux arcs est bien visible, ainsi que l’inversion des couleurs sur l’arc secondaires. ce genre d’images, vous vous en doutez est le résultat de la combinaison de plusieurs images en mode panoramique (ici 6 images verticales)

JPEG - 55.9 ko

 je continue par une petite série où nuages et pluies ont comblé de joie mon capteur ! le 15 Mai 2007, le Néron voit le jour. Pas, la Bastille !

JPEG - 57.7 ko

 3 images faites le 26 Mai et le 26 Aout 2007 où un arc bas souligne de superbes trombes de pluie au dessus de Venon.

JPEG - 61.3 ko

 

JPEG - 55.6 ko

 

JPEG - 40.9 ko

 deux images de précipitations sur Grenoble le 09 et 20 Avril 2007. des nuages et des trombes d’eau très photogéniques !

JPEG - 44.3 ko

 

JPEG - 62.3 ko

 le 04 juillet 2006, le soleil semble peigner les couleurs au dessus de la Bastille

JPEG - 49.6 ko

 le 10 Juin 2009 au dessus du Conest, un bout d’Arc quasi vertical

JPEG - 22.2 ko

 trombes d’eau pour l’Alpe du Grand-Serre et couleurs pour le plateau de Tavernolles un 26 avril 2009 !

JPEG - 47.4 ko

 le 10 Juillet 2005. Parfois à trop vouloir narguer les reliefs, il arrive qu’il s’accroche bêtement aux branches !

JPEG - 107.7 ko

 une image surprenante : un éclair a la lumineuse idée de passer sous l’arche ! 

JPEG - 36.2 ko

 Voilà, j’espère que cette petite série vous permettra de regarder un peu différemment cette belle écharpe céleste et je terminerai avec cette vieille diapo scannée prise il y a 20 ans au col de la Madeleine, lors d’une mémorable sortie minéraux, où nous avons eu droit juste après cette image à un colossale orage comme j’en ai rarement eu l’occasion d’en revivre. 

JPEG - 43.9 ko

 n’hésitez pas à me faire remonter vos remarques et : Bon Week-end !!! 

Au rythme des brebis.

Bonjour, Une petite promenade dans le Trièves au rythme des brebis, ça vous tente ?J’ai eu la chance et la plaisir d’accompagner Eric et son troupeau de 250 bêtes lors de la montée à l’alpage au printemps et assister également à leur retour, aux portes de l’automne. Un moment privilégié et un bien joli partage pour des weekends pas comme les autres. Alors sans plus attendre, quelques images faites au printemps 2008. une météo pour le moins capricieuse mais qu’importe, d’un pas lent mais décidé, la petite troupe se met en route au beau pays du Mont-Aiguille. 

JPEG - 200.2 ko

 en passant devant la petite chapelle de Trésannes 

JPEG - 120.3 ko

 et hop !!!! 

JPEG - 194.3 ko

 poussez pas derrière !!

JPEG - 217.5 ko

 un bivouac au col de Papavet quelque peu humide

JPEG - 113.2 ko

 Repos pour les bêtes, feu de bois, casse-croute et bon vin, franche rigolade pour les accompagnateurs, la météo n’avait plus d’importance la pluie ne nous mouillait plus !! des moments forts

JPEG - 200.5 ko

 le lendemain, la petite troupe se remet en marche

JPEG - 167.4 ko

 il faut savoir pousser derrière et retenir devant !!

JPEG - 166.3 ko

 sous l’oeil étonné des cousines à cornes

JPEG - 113.9 ko

 passé le col de l’allimas en regardant coté Gresse sous la protection des deux Soeurs

JPEG - 76.4 ko

 ravitaillement en vol

JPEG - 104.6 ko

 on touche au but. deux jours de marche pour ces 250 brebis pour un été en alpage

JPEG - 126 ko

 mais également pour la joyeuse troupe pour qui la rando, les caillettes du Trièves, la polente à Gilles, et le petit vin justifieront une grosse sieste

JPEG - 179.3 ko

 le retour, fin septembre se fait dans la journée, les bêtes étant plus vaillantes. quelques images de 2007 et 2008 avec des conditions météo plus sympas. petit matin au col des Deux, sous la vigilance de la barrière orientale du Vercors

JPEG - 72.7 ko

 un grand jour pour les patous et le chien de berger

JPEG - 111.1 ko

 les bêtes fument au petit matin

JPEG - 107.6 ko

 même pas peur

JPEG - 96.3 ko

 le soleil, enfin

JPEG - 112.1 ko

 suivez le guide

JPEG - 94.5 ko

 attention : virage !!

JPEG - 136.1 ko

 nous revoilà sous le Mont-Aiguille

JPEG - 84.7 ko

 Peyre rouge et les Rochers du Parquet

JPEG - 85.9 ko

 sous le col de Pellas

JPEG - 100.8 ko

 Eric et son troupeau dans un des plus beaux tableaux des Alpes

JPEG - 75.4 ko

 petite pause réparatrice pour tous au Papavet

JPEG - 157.3 ko

 plusieurs générations, quelques instants volés de bonheur simple.

JPEG - 92 ko

 

JPEG - 87.5 ko

 C’est reparti. L’automne est définitivement installé

JPEG - 142.2 ko

 Passage au col de Papavet sous l’étroit profil du Mont-Aiguille

JPEG - 79 ko

 petit coucou à la chapelle de Trézannes

JPEG - 79.8 ko

 toujours la même galère ces retours de congés, ça bouchonne !!!

JPEG - 116.8 ko

 Donnière : fin du voyage sous la face sud du Mont-Aiguille

JPEG - 79.2 ko

 merci Messieurs

JPEG - 176.4 ko

 Voilà, j’espère que cette promenade dans le Trièves vous aura plu. Je regrette de ne pas avoir su vous faire profiter du son mélodieux et persistant des sonailles. Merci à Eric et à sa petite famille, ses amis qui formaient cette troupe joyeuse et attentive et ces précieux moments qu’ils m’ont permis de vivre en leur compagnie.

dimanche 6 mars 2011

Clarée, la belle.

Bonjour En ces période de grandes chaleurs, je vous propose un petit rafraîchissement en images. : Un petit sorbet à deux parfums : Clarée, la Briançonnaise et Cervières, la Queyrassine Prenons la direction de deux superbes vallées des Alpes du sud, assurément parmi les plus belles. Et, puisqu’il y a pas mal de neige, je vous invite à chausser les skis de fond et à venir glisser avec nous !!!!Entre Briançon et l’Isoard, au départ du village de Cervières, une route enneigée permet de monter à skis dans la très sauvage vallée des Fonts de Cervières. Un petit effort vite récompensé. Une neige trés froide (nuit à -25°C) rendait la glisse très laborieuse, ce qui a pour principal avantage de nous laisser plus de temps pour en profiter !!C’est parti ......

JPEG - 100.6 ko

Une seule montée mais une bonne .... Bientôt sur le replat et à nous le bonheur.

JPEG - 59.3 ko

le soleil n’est là que pour la déco, le froid restera intense

JPEG - 42.7 ko

la vallée, rien que pour nous ! Alain, tu traines encore !!

JPEG - 63.4 ko

entre ombre et soleil

JPEG - 54.8 ko

Un domaine extraordinaire pour le fond (entre autre)

JPEG - 83.8 ko

les passages à l’ ombre ont un charme certain mais font hurler les doigts

JPEG - 81.7 ko

De nombreux chalets témoignent de l’intense activité d’alpages des siècles passés. Pousses sur les bâtons, Jean-Marie !

JPEG - 77.3 ko

Ainsi, au fond, les Fonts et donc : les petites marionnettes !!!!!

JPEG - 99.5 ko

Les Fonts de Cervières, le temps s’est arrêté.Cap à l’est, direction Névaches et la non moins belle vallée de la Clarée.

JPEG - 102.5 ko

 Ce n’est parce que ça fume que c’est chaud, loin s’en faut !

JPEG - 93 ko

Plampinet, la neige est encore très froide !! Franck, ça manque de pêche !!!

JPEG - 81.4 ko

une petite chapelle qui ne devrait plus tarder à sentir le rayon divin

JPEG - 67 ko

les montagnes au soleil et les bédouins à l’ombre !

JPEG - 81.6 ko

Un des nombreux petits hameaux et au fond le Queyras dans le bleu légendaire des Alpes du sud.

JPEG - 68 ko

Détail sur ces jolis chalets défiant le blanc.

JPEG - 106.3 ko

Ca y est, ce coup-ci nous sommes au soleil. sous les crêtes du Queyrellin. Fred, ça penche !!!!

JPEG - 73.1 ko

Jean-Phi, ça m’embête de t’en parler, mais tu as un bras plus court que l’autre.

JPEG - 78.7 ko

Il y a pire comme vue pour ce superbe chalet. Au fond Pointe deBéraude et Roches de Crépin.

JPEG - 60 ko

Moins froid, certes mais un vent qui poussait la neige

JPEG - 78.7 ko

Progression glisso-dandinolante dans ce monde blanc 

Chocard, mon ami

Bonjour. Et si nous parlions Oiseau !!! A défaut de Condor des Andes en magasin, je vous propose d’imager l’un de nos plus familiers volatiles Alpins : le Chocard à bec Jaune.Sympa, espiègle, malin, acrobate, culotté, gonflé, ……, ce ne sont pas les adjectifs qui manquent pour qualifier cet habitant des cimes. Éternelle confusion avec son cousin des plaines, le Choucas des tours, ils se différencient aisément par leur secteur de vie, ainsi par la couleur de leur bec, jaune chez le chocard et noir chez le choucas. Le Crave à bec rouge fréquente les mêmes terres que notre chocard. Et parmi les 3 grands corvidés des crêtes, tout de noir vêtus ( qui n’a pas été toujours été facile à porter face à la vindicte populaire), on peut rencontrer leur grand frères, plus gros, et au bec puissant et noir, le grand corbeau. Présent en Europe, Asie, et Afrique du nord, la population de ce planeur des cimes qui peut vivre jusqu’à 16 ans en liberté, est fluctuante. Ils se déplacent en escadrille pouvant compter plusieurs centaines d’individus. Familier des pâtures de haute montagne, des falaises et des ravins rocheux l’été, l’hiver, il n’hésite pas à redescendre dans les hautes vallées en quête de nourriture. Incontestablement social, il n’est pas rare de voir un groupe de ces teigneux individus se chicorer avec de gros rapaces (buses, aigles, …) pour défendre leur territoire ou un confrère. Pour le randonneur, son vol d’une rare élégance et d’une extrême habileté à se jouer des ascendants, à plonger dans l’abîme est toujours un grand spectacle. Mais si l’on ne doit retenir un seul adjectif, ce sera : Gonflé, le volatile !!Se nourrissant de baies, d’insectes, et de petits escargots à la belle saison, il n’hésite pas l’hiver à venir quémander un bout de fromage, ou un morceau de saucisson en offrant en retour un joli balai aérien et nous offrant ses meilleurs profils. Attention, cela reste des oiseaux sauvages, particulièrement voraces, soit, mais ils avalent un peu n’importe quoi, et il est vivement déconseillé de leur donner entre autre, du pain, car ils ne digèrent pas le gluten du blé.Allez, assez causé, place à l’image ! Attention : mes commentaires ne sont pas contractuels ;-)))))) et pour commencer, une image que j’ai utilisé pour la nouvelle année qui prouve que le Chocard est très classe !! 

JPEG - 84.6 ko

 Un premier janvier : faut ce qu’il faut !!! Ne pas confondre !!! 

JPEG - 29 ko

 une confusion classique pour les daltoniens presbytes : le goéland argenté du lac Achard, mais un truc simple pour éviter le piège, le nombre de plumes !!!! 

JPEG - 114.9 ko

 à la quête de quelques coléoptères dans les prairies enjonquillées (si, si, ça se dit chez moi !!) du Charmant Som. 

JPEG - 79.9 ko

 au dessus de la limite de la forêt à la belle saison. Ici au lac Melo en Corse. 

JPEG - 108.6 ko

 particulièrement gonflés, les chocards Corses !!! attention, jolie demoiselle, à ce que tu lui lui donnes ! 

JPEG - 67.2 ko

 son royaume : prairies d’altitude et parois rocheuses. Sous le soleil de Chartreuse. 

JPEG - 77.6 ko

 Chocards siamois, deux têtes et deux queues, il y a intérêt à bien se synchroniser pour voler droit !!! 

JPEG - 33.3 ko

 le chocard est cabotin et aime se faire prendre en photo devant le Mont-Blanc 

JPEG - 77.4 ko

 mais le chocard est joueur et se régale à se faire désirer. 

JPEG - 95 ko

 le Chocard est dédaigneux également. Il adore toiser la ville du haut de son perchoir ! 

JPEG - 51.5 ko

 le Chocard a des principes : il ne prend jamais l’autoroute 

JPEG - 60.2 ko

 le chocard à bon goût et il admis depuis des lustres cette banalité : Oui, le Mont-Aiguille est la plus belle montagne du monde. 

JPEG - 76.7 ko

 le chocard est grognon, et s’il ne trouve pas le saucisson assez goûteux, il n’hésite pas à nous le faire savoir. 

JPEG - 62.2 ko

 mais le chocard a un grand sens de l’orientation et peut être très serviable, alors vous pensez, vous indiquer la direction du Mont-Aiguille n’est pour lui qu’un jeu d’enfant ! 

JPEG - 110.8 ko

 Mimétisme, Vautour attitude, le chocard se régale à charrier ses rapaces cousins. 

JPEG - 48.1 ko

 le chocard sait être un vrai casse-tête pour le photographe. Quelle idée ce noir dans ce tout ce blanc ! 

JPEG - 95 ko

 le chocard sait qu’il a la chance de vivre dans un coin extraordinaire et ne se lassera jamais de l’admirer ! 

JPEG - 33.7 ko

 le chocard aime les jolies filles et ses attitudes sont sans équivoque. phase un, recherche en groupe. 

JPEG - 28.9 ko

 phase 2, cible repérée, je me freine avec les pattes 

JPEG - 36.4 ko

 phase 3. barre à gauche, toute ! et plongeon sur objectif 

JPEG - 34.4 ko

 faut reconnaître une fois de plus, que le chocard fait preuve d’un goût incroyable !!! 

JPEG - 90.5 ko

 le chocard est frimeur et aime impressionner les randonneurs en volant sur la tranche ! Facile pour un chocard ! 

JPEG - 71.3 ko

 Cherchez le chocard une nouvelle fois sur la tranche !! Voilà, je dois avouer que j’ai du écorné quelque peu les vérités au sujet de ce gracieux compagnon des cimes mais peut-être, le regarderez vous désormais un peu différemment . Et pour finir, trois images que j’aime bien, et merci à ce bel oiseaux d’ égailler nos montagnes. 

JPEG - 44.4 ko

 

JPEG - 62.5 ko

 

JPEG - 52.1 ko

 merci ! 

Peur sur la Ville

Bonjour Il est des jours en Décembre et Janvier où la ville se drape d’un mystérieux et inquiétant voile de coton. C’est, parait il ces conditions que préfèrent les trolles et les elfes pour venir taquiner la cité et chauffer les pieds de ses habitants, surtout à ceux qui prétendent encore que le Mont-Aiguille n’est pas la plus belle montagne du monde. De facétieuses couches d’inversion bloquent les nuages au raz du sol ne laissant apparaître que le haut de certains édifices. La nuit, les pauses lentes, les éclairages publics vont me donner l’occasion de vous présenter des images assez particulières de Grenoble sous son voile. Et bien, c’est parti pour une petite série d’images faites à l’occasion de 6 sorties lors des hivers 2008 et 2009. 

JPEG - 54.8 ko

Cette couleur est elle bien naturelle ? Une petite analyse Docteur !!!

JPEG - 52.1 ko

Le jour, à défaut de nous inquiéter, elle nous amuse. Ici une moitié de la ville voit le soleil., l’autre, pas. 

JPEG - 35.7 ko

et voilà pourquoi les impôts locaux sont plus musclés avec les étages élevés. Michallon prend l’eau.

JPEG - 19.5 ko

De l’autre coté, gros contrejour sur la tour Peret et la mairie.

JPEG - 18.9 ko

les 3 tours périscopiques prises d’un peu plus haut.

JPEG - 20.8 ko

des échassiers fantomatiques percent la brume.

JPEG - 25.8 ko

la migration des grues a débuté

JPEG - 41.9 ko

plus au centre, la Tour Perret, la Tour Chavant et les grands boulevards.

JPEG - 33.2 ko

 Éloignons nous , la longue virgule autoroutière parvient encore à déchirer la fine draperie.

JPEG - 48.2 ko

Doucement des milliers de points lumineux enguirlandent nos stratus.

JPEG - 43.4 ko

l’obscurité gagne doucement et les courants d’air occasionnés par les lits du Drac et de l’Isère arbitrent étonnamment la répartition des nuages

JPEG - 52.2 ko

Vénus est déjà présente et la ville devient volcan

JPEG - 45.2 ko

De type Hawaien notre volcan, lave fluide !!!

JPEG - 44.9 ko

La nuit est tombée, pauses longues, et couleurs folles. Athanor est en forme.

JPEG - 44.8 ko

Quand je vous dis que les trolles attendaient la nuit. Gare à vos dessous de pieds !!!

JPEG - 31.4 ko

les 3 tours Belledonne, l’Isère dans une ambiance irréelle

JPEG - 54 ko

plan plus large. la tache de lumière correspond à une ’fête de la glisse’ au Parc Paul Mistral l’hiver dernier

JPEG - 47.5 ko

Toujours à partir de mon observatoire de la Tour sans Venin, la ville est superbe dans son manteau de stratus

JPEG - 43.1 ko

plan plus large sur nos capitale alpine quelque peu chloroformée.

JPEG - 53.1 ko

 les grands boulevards semblent précipiter les automobilistes droit, dans le ventre du monstre

JPEG - 32.4 ko

une vague immobile coupe la cité en deux.

JPEG - 31.3 ko

le jour ne va plus tarder. l’atmosphère va s’assécher doucement nous privant de ce joli spectacle, libérant les grenoblois et faisant remonter dans les montagnes environnantes nos Elfes, mais attention, ils ne sont jamais très loin ........ ils reviendront !! bon dimanche 

 Le Moucherotte en panoramiques

 Bonjour un sommet bien connu par les Grenoblois, des formes presque anodines mais certainement parmi les plus beaux points de vue des Alpes. La vue sur Grenoble, capitale alpine, et le Mont-Blanc que l’on peut presque toucher, le coup de rabot géant témoin d’une époque glacière récente sur le Grésivaudan, celle sur les presque 4000 des Ecrins, la face sud et torturées du massif de Chartreuse, les Monts du Jura à ceux de l’Ardèche en passant par le Pilat et bien entendu la fameuse et si belle barrière orientale du Vercors en font l’un des spots les plus favorables à la contemplation, donc à l’image. Je rajoute que ce massif préalpin est du fait de sa position occidentale par rapport à l’ensemble de la masse alpine, témoin de superbes manifestations météorologiques et en particulier de fameuses mers de nuages. Célèbre également par son éphémère et glorieux hôtel qui a ponctué son sommet pendant plusieurs dizaines d’années avant que celui-ci ne récupère (à quelques détails près) son contexte naturel. Je vous propose donc une série panoramique 4 saisons, faite sur nombre de sorties matinales au cours de ce 5 dernières années

JPEG - 97.9 ko

L’hiver, partir de nuit et découvrir les lumières de la ville est toujours un grand plaisir

JPEG - 127.5 ko
JPEG - 84.7 ko

les couleurs avant le soleil sont les plus intenses. Un Seb photographe se cache sur cette image !!!

JPEG - 37 ko

ce matin là, Chartreuse et Mont-Blanc flottent sur un mer de stratus

JPEG - 72 ko

lever du roi entre deux couches de nuages

JPEG - 111.4 ko

 Comment se lasser de ces instants ?

JPEG - 58.8 ko

le Val de Lans étouffé par les nuages. les lumières du plateau transpercent le rideau de coton.

JPEG - 56.9 ko

 les glacier du Drac et de l’Isère devaient ressembler il y a quelques dizaines de milliers d’années à cet océan d’ écume

JPEG - 82.3 ko
JPEG - 81.6 ko

 doucement, les nuages relâchent leur étreinte et laisse le soleil flatter la ville.

JPEG - 77.4 ko
JPEG - 125.2 ko
JPEG - 149.7 ko

l’Hiver, la neige et les nuages dopent terriblement les perspectives.

JPEG - 58.3 ko

au printemps, ça peut être également tres sympa !!!

JPEG - 46.8 ko
JPEG - 51.2 ko

grosse dynamique marine sur ces images. le Néron et le Rachais bousculant le flot de stratus.

JPEG - 58.1 ko

finis les stratus, ça moutonne sec, les cumulus ont pris le relais. Mont-Blanc et Dent de Crolles (que certains n’ hésitent pas à qualifier de l’une des plus jolies colinettes du massif de Chartreuse ;;-)))  !!) et les crêtes du Saint-Eynard

JPEG - 81.1 ko

coté Ouest rien de très spectaculaire si ce n’est que ce superbe front perturbé qui envahit Chartreuse et Vercors

JPEG - 43.3 ko

comment ne pas parler de la vue plein sud du Dévoluy jusqu’au Glandasse ? ici la brume s’était invitée.

JPEG - 103.9 ko

Ca en laisse notre chocard sans voix !!

JPEG - 81.3 ko

La Meije, le Rateau et le glacier de la Girose par dessus l’épaule du Grand Galbert

JPEG - 63.9 ko

enfin, une fois n’est pas coutume, un petit coucher de soleil pour clore cette petite série. j’aurai l’occasion de revenir sur ce joli sommet que je fréquente régulièrement afin de vous en proposer de nouvelles images déclinées aux 4 saisons !j’en profite pour vous souhaiter de joyeuses fêtes et le meilleur pour cette nouvelle année qui pointe le bout du nez 

L’Incendie du Néron

Bonjour Un fameux coup de foudre vaudra il y a 6 ans la naissance de Benjamin, le second de Marie et de Seb (Grelibre) que je salue, ce même jour, le 27 Juillet 2003, un autre coup de foudre sera à l’origine d’une triste actualité que peu d’Isérois n’aura oublié : le Néron, célèbre sommet en forme de casque d’Axinite dominant la cuvette Grenobloise sera durant 3 semaines la proie des flammes. Je vous propose ce sujet encore chaud alors que les températures de ces derniers jours nous rappellent cette difficile année 2003. Quelques images issues d’un petit canon A20 (2 m de pixels, tout automatique) souvent d’une qualité très limite mais un témoignage sur plusieurs jours fait en grande partie des contreforts du Vercors (la Tour sans Venin). le 29 Juillet 2003 visiblement deux départs très distants (deux impacts de foudre ??) 

JPEG - 213.1 ko

 quelques heures plus tard (18h50) le feu se propage très rapidement dans les taillis 

JPEG - 123.1 ko

 le soir tombe et le vent se lève, 2 images très ’granuleuses’ qui témoignent de la violence du moment 

JPEG - 89 ko

 

JPEG - 75.1 ko

 de nombreux moyens seront mis en œuvre sachant que le contexte n’autorisait que très peu de possibilité d’intervention pédestre, des hélicoptères porteurs d’eau et deux canadairs seront mis à contribution. Une météo qui n’aidera en rien les secours. pas de pluie avant la fin aout. le 04 aout 2003, une semaine après le début de l’incendie, les pentes sont en grande partie noircies et de grands panaches de fumée sont visibles à plusieurs dizaines de km. 

JPEG - 95.3 ko

 deux images de piètre qualité mais qui témoignent des coulée de lave de ce Volcan qui s’ignorait. 

JPEG - 84.8 ko

 

JPEG - 51.9 ko

 le 05 Aout 2003 je regardais le feu grignoter les pentes lorsque un brusque coup de vent sous l’orage menaçant a embrasé la face Ouest du Néron. on peut imaginer la peur pour les nombreux habitants de saint-Egrève ou de Saint-Martin le Vinoux nichés au pied de la montagne. 

JPEG - 29.6 ko

 puis vint l’orage annoncé. on espérait la pluie, il n’a apporté qu’un gros coup de vent hatisant les braises. une série d’images faites entre 22h20 et 22h50 en mode rafale. Certaines ont circulé sur le net. 

JPEG - 48 ko

 

JPEG - 54.9 ko

 

JPEG - 48.3 ko
JPEG - 50.1 ko
JPEG - 50.7 ko

 06 aout 2003pas d’orage ce soir là mais encore un coup de vent en fin de journée. la fournaise menace directement Saint-Egrève.

JPEG - 78.4 ko

 le 07 aout 2003la rotation des hélicoptères dont des Pumas Allemands semble avoir eu raison de l’incendie. la désolation est totale. l’épaule Nord Ouest dominant Quaix en Chartreuse est à son tour colonisée par les flammes.

JPEG - 100.6 ko

le 10 Aout 2009deux images faites à partir du Col de Clémencière. le Versant Est relativement épargné est à son tour gagné par le feu.

JPEG - 153.2 ko

 

JPEG - 136.5 ko

 le 12 Aout 200305h50 , lever de soleil sur un champ de bataille. triste lumière sur Grenoble

JPEG - 45.6 ko

plus tard dans la matinée

JPEG - 141.1 ko

 enfin le 19 Aout 2003l’incendie est enfin maitrisé, les cicatrices sont larges et profondes et il faudra de longues années pour que ce sommet ne retrouve son aspect originel.

JPEG - 167.2 ko

6 ans après, le vert a repris ses droits, quelques petits ilots d’arbres ont été épargnés, les milans noirs sont revenus. Cette histoire a été relatée de manière superbe par Pierre Gidon :http://alpes-stereo.servehttp.com/neron/index.htmlLe site des pompiers de Vizille a également proposé un excellent reportage technique sur cette catastrophe. Une fois de plus des images des qualité médiocre mais qui méritaient, je pense, d’être partagées. à Bientôt 

 Décollage au lac Fourchu

 Monté à l’automne avec l’ami Vincent chasser la couleur sur ce petit bout de Scandinavie plantée au beau milieu du Dauphiné, le fameux secteur du Fourchu, nous avons rencontré Jean-Pierre, un passionné et passionnant personnage, qui a consacré et consacre encore toute son énergie, son temps libre, et son argent à cette discipline experte qu’est le vol de montagne.
réputé pour ses moustiques, le lac fourchu en aura vu ce fameux jour de Septembre 2006 un beaucoup plus gros que les autres : le joli Piper PA-18 de Jean Pierre. le bout de piste naturelle ne mesure que 20 sur 200 m à 15% de pente moyenne et plonge directement dans le lac, et seuls, des avions très légers et nerveux peuvent s’y risquer si la météo les y autorise.
alors à défaut de quelques marmottes, cette étonnante et fameuse rencontre avec Jean-Pierre et son Piper.le cadre, un plateau aux couleurs des myrtillers, quelques lacs, absolument personne, quelques jolis stratus coté Vercors, n’est-ce pas Vincent ?

JPEG - 39.4 ko

 Puis un bruit de mouche qui se confirme, un petit avion blanc s’est pausé dans la prairie. Nous montons voir cet étrange engin des cimes et son pilote ! Nous trouvons Jean-Pierre attendant le moment idéal pour décoller, le vent étant seul maitre.

JPEG - 97.4 ko

 Ça y est, le bon créneau, le petit avion s’élance en dandinant maladroitement sur la pâture

JPEG - 94 ko

 il prend rapidement de la vitesse mais le lac se rapproche !!

JPEG - 74.7 ko

 à quelques mètres de la surface de l’eau, le piper nous fait une gracieuse courbe, l’aile frôlant le miroir.

JPEG - 65.6 ko

 après ce petit accès d’adrénaline, le bonheur pur

JPEG - 71.2 ko

 le petit avion blanc amorce alors une large ronde et revient doucement vers nous

JPEG - 83.9 ko

 deux trois coups d’ailes pour un dernier coucou. Salut Jean-Pierre !!!

JPEG - 98.5 ko

 le Piper s’en va tranquillement, c’était coté la Meije un jour de septembre 2006 !!

JPEG - 31.3 ko

 A bientôt !!!!!!!!!!!! 

0 | 15