Le Blog d’Alain Herrault

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 7 mars 2011

Broken, Parhélie, Fantômes, .....

 Si je vous dis : écharpe de couleurs dans le ciel, mariage du soleil et de la pluie, vous me dites arc-en-ciel bien entendu qui est le plus connu des phénomènes optico-météorologiques et quoique classique et désormais familier, il n’en demeure pas moins fascinant.
Aujourd’hui, je vais vous proposer une balade photographique sur le thème du Halo en tous genres !
Soleil et nuages nous réservent parfois de très étonnantes partitions aux couleurs psychédéliques et aux formes les plus étranges.
En grattant dans mes disques durs, je vous ai préparé un petit cocktail de halos à déguster très frais. Attention, ce n’est qu’une approche photographique et candide. J’ai reproduit quelques textes et vous propose quelques liens en fin d’édito détaillant plus finement ces phénomènes. Le parhélie.Nous allons commencer avec le parhélie, certainement la manifestation optique la plus commune.
Un parhélie (nom masculin), également appelé ’ faux soleil ’, ’ soleil double ’, ’ œil de bouc ’ ou ’ chien du soleil ’ consiste en l’apparition de deux répliques de l’image du soleil, éloignées de l’astre d’une distance angulaire comprise entre 22° (petit halo) et 46° (grand halo). Elles sont placées de part et d’autre du Soleil, sur une ligne horizontale appelée cercle parhélique, qui peut-être ou non apparent. Plus le Soleil est haut dans le ciel, plus les parhélies sont éloignés du halo central.
Le phénomène se produit lorsque le Soleil est assez bas sur l’horizon et que l’atmosphère est chargée de cristaux de glace présents dans les nuages de haute altitude (troposphère) appelés cirrus ou cirrostratus.
Le terme est parfois utilisé, dans un sens figuré, pour décrire le pâle reflet, le double amoindri, de quelque chose ou de quelqu’un : Le mari d’aujourd’hui n’est que le parhélie de cet amant rêvé qui doit luire demain. (Aurélien Scholl, Denise, historiette bourgeoise)

JPEG - 91.2 ko

irisation classique. On y retrouve les couleurs de l’arc-en-ciel

JPEG - 75.8 ko

Auvergne, Aout 2008, de joli cirrus au couchant et un parhélie lové au dessus d’un volcan endormi.

JPEG - 34.7 ko

Ile Rousse Aout 2008. un ciel qui se voile et une frange de virgas protégeant un joli parhélie.

JPEG - 73.7 ko

un autre parhélie de type ’aérosol’. Franck, tu es trop en arrière !!

JPEG - 67.9 ko

sur cette image, les 2 parhélies sont visibles et opposés par rapport au soleil respectant scrupuleusement un angle de 22° (le parhélie est obéissant) Les cercles parhéliquesLes halos se forment par la réflexion ou la réfraction de la lumière des cristaux de glace des nuages de l’étage supérieur (cirrus, cirrostratus...) ou bien par des aérosols liquides présents dans l’atmosphère. Ces cristaux de glaces sont constitués de prismes à six côtés et à sections transversale présentant six angles.tout d’abord quelques images de cercles parhéliques dus à la présence de cirrostratus (6000 m et plus)

JPEG - 35.4 ko

ciel voilé et halo parfait.

JPEG - 97.2 ko

La bulle s’est posée sur les arbres de la Tour sans Venin ! Gonflée, la bulle !

JPEG - 32.8 ko

La Chapelle de le Tour à droit à son auréole. Normal !

JPEG - 54.2 ko

Ambiance toujours un peu blafarde provoquée par le voile de cirrus. Parasélène Lorsque la vedette n’est plus soleil mais la lune, et que les conditions sont respectées, nous assistons à une parasélène

JPEG - 17 ko

Cirrus, pleine lune, Pas des Chatons, nuit glaciale.

JPEG - 22.3 ko

Et quand on parle de phénomènes optiques, impossible de ne pas vous parler du Laurentus Peztelus excitus. Cercle parhélique ’aé rosol’ Un autre type de cercle parhélique que l’on rencontre par grand froid ( -6°c et moins), grand bleu et tres legers cristaux de glace en suspension appelés également ’poussières de diamant’.Ce type de conditions révèle les manifestations optiques les plus impressionnantes que j’ai pu rencontrer.

JPEG - 64.8 ko

superbe apparition au détour d’un virage sur la route entre Lans et Saint-Nizier un matin de décembre 2007

JPEG - 42.5 ko

un peu plus loin, le même au grand angle. chaucun des arc est référencé sous un doux nom.

JPEG - 31.5 ko

Lui, c’est l’arc circumzénithal.

JPEG - 32.1 ko

Encore lui !

JPEG - 49.2 ko

Chamrousse, janvier 2009, on retrouve nos arcs et irisations.

JPEG - 47.4 ko

Décembre 2010. panoramique de 3 images au grand angles. déformation désagréable, désolé. Ici le grand halo et l’arc de Parry comme détaillé :

JPEG - 52.3 ko

merci à Superbolt67 d’Infoclimat pour ces précisions.Le spectre de Brocken (ou Broken)Le spectre de Brocken s’observe surtout en montagne lors de la diffusion de la lumière par les gouttelettes qui forment le brouillard. Pour l’observer on doit avoir un Soleil bien dégagé au dos et une nappe de brouillard ou de nuages devant soi et pouvoir regarder vers le bas à l’opposé du Soleil. Alors on observe un cercle lumineux et coloré exactement à l’opposé du Soleil avec une zone centrale sombre, qui est l’ombre de l’observateur. Le cercle lumineux a pour nom la Gloire. Son rayon dépendant de la dimension des gouttes. Plus elles sont petites plus la Gloire sera grande et inverse.pour la petite histoire, Le spectre de Brocken doit son nom au massif du Brocken dans le Harz en Allemagne, où il est fréquent de le voir ; ce qui est totalement faux car je l’ai vu plus souvent en Chartreuse que dans le massif du Brocken où je ne suis d’ailleurs jamais allé.

JPEG - 19.4 ko

Automne 2010. Sommet du Charmant Som, je croyais être seul : nous étions deux !

JPEG - 59.3 ko

Un type étrangement auréolé me suivait comme mon ombre.

JPEG - 28.7 ko

Mais sa tête me disait quelque chose : je l’avais déjà rencontré dans le Vercors

JPEG - 34.4 ko

Il se cache parfois au raz des épicéas.

JPEG - 19 ko

Parfois, derrière les anémones pulsatiles.

JPEG - 70.3 ko

J’en ai vu trois dans la même bulle un beau jour d’Aout 2007 au grand Veymont

JPEG - 29.9 ko

Avec le fameux parapluie ! Mais comment font ils ??????? je vais vous le dire .... (ça vous rappelle quelqu’un ??)

JPEG - 43.6 ko

Making-of !! C’est pas joli, joli, les Diverticimes !!

JPEG - 28 ko

Plus la surface de stratus est proche, plus mon ombre est impressionnante. Ici, je suis impressionnant !!!!

JPEG - 19.1 ko

Ce n’est pas l’ombre de Laurent mais la mienne et celle de la Croix de la Dent de Crolles, petit sommet Cartusien Gloire du pilote Il est également possible de voir le spectre de Brocken en avion. Cela dépend de la distance entre l’avion et les nuages. Pour voir la Gloire, il faut que l’avion soit proche des nuages.Un grand souvenir que ce vol en planeur avec René en Aout 2010 au dessus du Mont-Aiguille

JPEG - 48.1 ko

Gloire sous la pature sommitale du Mont-Aiguille découverte à la lecture de mes images !

JPEG - 40.7 ko

Comme pour faire un petit coucou à Henri Giraud, le pilote des glaciers, la gloire du Stemme semble vouloir se pauser une nouvelle fois sur le porte-avion Mont-Aiguille Les Nuages Iridescents ou nacrésLorsque dans le ciel passent des nuages minces et humides pas loin du Soleil, les couleurs des nuages sont légèrement diffractées. On les observe souvent lors des cirrocumulus.

JPEG - 30.1 ko

_ Chamrousse, un petit matin de décembre 2005 Les couronnes solaires Les couronnes sont des phénomènes lumineux produits par la diffraction de la lumière par des gouttelettes de nuages. Les stratus, des nuages fins ou brouillards et surtout des cirrocumulus, des altocumulus et altostratus, nuages de moyenne altitude.

JPEG - 64.6 ko

Couronne solaire sous le Pas de Bellecombe. se voit également autour de la lune. mais que ce soit lune ou soleil, cela reste un casse-tête pour le photographe.

JPEG - 40.4 ko

Sous le Moucherotte, une irisation que j’associerais volontiers à une couronne solaire (ce qui tend à confirmer que le soleil est de sang royal) Arc blanc
En montagne et sur les brumes froides de la mer il est possible de voir un Arc Blanc ou fogbow en anglais. Ce phénomène lumineux s’observe de la même façon que le spectre de Brocken. Il est même possible de voir les deux en même temps.
Les Arcs Blancs sont presque aussi grands que l’arc-en-ciel et beaucoup plus larges sauf qu’ils sont blancs. Le Soleil doit être à pas plus de 30 - 40° de hauteur de l’horizon à moins que vous soyez sur une colline et donc que la brume et l’arc peuvent être vus d’en haut. Si la brume est à une distance de plus 50 m de vous il est possible de voir le fogbow plus prolongé. Ils se trouvent à environ 145° est ou ouest du Soleil à l’horizon.

JPEG - 74.2 ko

Lac Achard, un arc blanc m’a surpris pendant la sieste. l’arc blanc est fourbe ! 

JPEG - 29.8 ko

Un phénomène un peu équivalent, en plongée du Vercors sur la capitale des Alpes. Mais soleil et nuages nous réservent d’autres facéties irisées. Fantômes, étoiles des montagnes (pas scientifique comme terme, mais j’aime bien) nous promettent encore de bien jolies surprises aussi éphémères que magiques Mais nous nous écartons du sujet, me direz vous !! et alors, c’est mon site, je fais ce que je veux, vous répondrais je !! Non mais !!
Dédoublement Lorsque le soleil rasant taquine les crêtes les dupliquant sur les nuées proches.

JPEG - 22.5 ko

Les 6 Pucelles. Pardon, les 3 Pucelles et leurs ombres projetées. 

JPEG - 35.1 ko

Lever de soleil sur la Muzelle et les Ecrins à partir du Moucherotte. Pas la peine de prévenir votre ophtalmo, c’est normal !! l’Etoile des montagnes.Une jolie fleur joueuse que l’on ne saisit jamais tant elle est agile. Elle vit dans les arbres aux confins des nuages et du soleil.

JPEG - 63.8 ko

Saint-Nizier, Décembre 2007. les sapins se dupliquent.

JPEG - 129 ko

l’épicéa n’est pas étanche. la lumière fuit.

JPEG - 41 ko

Chamrousse. Intelligente, l’étoile a choisi un pin à crochet centenaire.

JPEG - 79.5 ko

aux portes de l’ombre et de la lumière, quelques secondes palpitantes.

JPEG - 47.2 ko

Jean-René se savait suivi. Dernier regard vers le soleil avant de replonger dans le stratus.

JPEG - 29 ko

l’épicéa et son ombre, de paillettes et de couleurs, vêtus.

JPEG - 49.8 ko

Dernière fusée, mais quelle fusée !!! Voilà, j’ai terminé mon petit tour en couleurs. Il reste tant de belles choses à voir ici et ailleurs. Mais j’espère que ces quelques images poussera votre curiosité à dénicher ces facéties irisées que nous réservent parfois l’interface nuages / soleil. Il manque un phénomènes parmi les plus beaux que nos latitudes ne nous proposent malheureusement pas (ou trop rarement) : l’aurore Boréale.Peut-être un jour ..... Mais ceci est une autre histoire.....si ce sujet vous interesse, voici deux liens bougrement riches :http://la.climatologie.free.fr/phen...

JPEG - 43.3 ko

 Bonne route à chacune et chacun. 

la PBMDM

Que de noms au fil du temps pour ce colosse de calcaire planté au beau milieu du Trièves Supereminet Invius (en latin : qui se dresse, inaccessible), puis Mont inaccessible, qui devint Mont-Aiguille et depuis peu, à très juste titre nommé par les sages (Seb et alain) guidés par une implacable logique : PBMDM (Plus Belle Montagne Du Monde).Pour couper court à d’éventuelles railleries : plus belle montagne du monde ????
Oui, car autant penser que Dieu existe relève de la croyance, autant affirmer que le Mont-Aiguille est le PBMDM est de l’ordre du Postulat. C’est comme ça, il faudra vous y faire (Y grenoblois !!!)Berceau de l’Alpinisme, alors qu’un certain Christophe à bord de ses caravelles pensait avoir découvert les Indes, sur ordre du roi Louis XI, Antoine de Ville, Seigneur de Dompjulien, spécialiste de l’assaut des places fortes va réaliser la première ascension authentifiée par acte notarié. Il fut accompagné entre autres par un escaleur du roi, un maître tailleur de pierres, un maître charpentier, un aumônier et un prédicateur apostolique.
Cet évènement marque sans nul doute la naissance de l’alpinisme.Parmi les faits marquants ce charismatique caillou, l’éboulement de 1940 où il perd 11 mètres et plus près de nous, en 1957, la douce folie du pilote des glaciers André Giraud qui pausa à 57 reprises entre 1957 et 1975, été comme hiver, son petit piper au sommet du Porte-avion Mont-Aiguille. La piste faisait 90 m de long sur 10 de large !!!Je vous invite à suivre les passionnants liens suivants décrivant plus précisément l’histoire de ce royal sommet :
http://montaiguille.free.fr/frames_... _ Enfin, si vous désirez en savoir plus sur la formation de cet énorme chicot du Barrémien inférieur je vous invite à consulter le formidable travail de Maurice Gidon : http://montaiguille.free.fr/frames_geologie.htm Et bien, maintenant que les présentations sont faites, ceintures détachées et bonnets au vent, nous allons faire un petit tour complet de cette incroyable montagne.Et pour taquiner la verticalité insolente du sujet, j’ai choisi le mode horizontalo-panoramique pour vous en présenter ses profils les plus divers.
C’est parti ………………………………………………….. _ Tout d’abord, une silhouette qui se reconnait de très loin Chamrousse est un belvédère privilégié donnant une perspective sympa sur le monstre.

JPEG - 93 ko

Décembre 2009, du sommet de la Croix de Chamrousse aux couleurs de l’aube.

JPEG - 71.3 ko

un peu plus tard, réchauffé par un soleil encore timide

JPEG - 47.8 ko

Mars 2008, même lieu, même heure mais avec quelques nuages en déco

JPEG - 30.4 ko

scénario identique, le soleil réchauffe la pierre et dope la couleur.

JPEG - 45.2 ko

Du sommet du Moucherotte, son assise est plus large. A droite, le Pic St-Michel et à gauche, émergeant à peine, les crêtes du Baconnet où nous irons tout-à-l’heure.

JPEG - 61.2 ko

Octobre 2008. Nébuleuse journée d’automne sous le pas de la Balme.

JPEG - 93.1 ko

Tout à l’opposé, aperçu à partir du Glandasse, son fameux profil ’pas de l’aiguille’ Rapprochons nous tout doucement ...

JPEG - 104.7 ko

Ah le Trieves au mois de Juin !!!!!!!!! la jolie Barre du Goutarou et de l’Aubeyron au premier plan où nous monterons faire quelques images !

JPEG - 85.6 ko

Au dessus du charmant Savourère, il est planté droit comme un I, les racines au col du Papavet

JPEG - 148.6 ko

Juin et les coquelicots, et toujours le Goutarou qui n’est rien d’autre qu’une minérale tribune d’où l’on peut contempler la bête !

JPEG - 93 ko

La Batie, Versant Nord, les moutons au printemps

JPEG - 105.7 ko

Les moutons à l’automne, en transhumance

JPEG - 122.9 ko

Juin 2008 sous un ciel ponponneux (je sais : ça ne se dit pas, mais ça ne fait rien, c’était bien un ciel ponponneux !)

JPEG - 92.2 ko

en se décalant légèrement à l’est, aux couleurs d’Octobre, il fume comme une cheminée de Paquebot

JPEG - 102.8 ko

Il n’y a pas que les dahus pour courrir dans les pentes, les tracteurs du Trièves ont les deux roues droites plus petites que les deux gauches, enfin, parait-il !!

JPEG - 116.5 ko

Des lignes un peu moins impressionnantes, mais que ce Trièves est beau !

JPEG - 62.5 ko

plus au sud, nous voilà sur le Mont-Barral mais la nébulosité du jour et l’axe de prise de vue qui écrase le Mont-Aiguille sur le Grand Veymont n’en font pas le meilleur des belvédères.

JPEG - 61.7 ko

un paysage qui donne le tournis à ces quelques sapins.

JPEG - 92.5 ko

Toujours dans le même secteur, mais un peu plus au sud, à partir du Serre de BeauPuy

JPEG - 86 ko

Automne suivant sur les mêmes pentes

JPEG - 79.8 ko

Novembre 2004, on remonte un peu. toujours sa face Sud Ouest, pris sous Tête Chevalière

JPEG - 109.9 ko

même jour mais du sommet cette fois. petite écharpe de brume pour mon plus grand plaisir

JPEG - 45.6 ko

Mai 2010, la petite écharpe est devenue chandail !!! on devine le trou de l’aiguille sur l’épaule gauche du sommet (petite arche)

JPEG - 86 ko

en redescendant vers le pas de l’Essaure sous un ciel chagrin. Avez vous noté le petit ’Diverticimes’

JPEG - 78 ko

Mars 2006 même endroit et toujours le petit bonhomme !

JPEG - 89.3 ko

Ciel tourmenté et congères psychédéliques

JPEG - 61.7 ko

mariage éphémère du vent et des cristaux

JPEG - 94.6 ko

en Juin la petite mare de Tête Chevalière rafraichit encore les troupeaux.

JPEG - 118.8 ko

la cabane des Chaumailloux et la petite mare du pas de l’aiguille.

JPEG - 114.9 ko

Aout 2006, une masse tabulaire apparait. les calcaires urgoniens dures et Verticaux et l’assise conique de marnes argileuses valanginiennes et hauterivienness

JPEG - 67.1 ko

Octobre 2007. Pas de la Selle. coucher de soleil mémorable. à droite les Rochers du Parquet. en haut, des nuages très particuliers, répondant au doux nom d’ ondes de KH

JPEG - 80.4 ko

Octobre 2004. petite lune et derniers rayons.

JPEG - 145.4 ko

Octobre 2010. folie des couleurs. télescopage des saisons.

JPEG - 61.3 ko

Novembre 2008. Grand Veymont. le Navire Mont-Aiguille dans l’océan de coton

JPEG - 58.6 ko

Pas des chatons, premières couleurs du jour et pas les moindres !!!

JPEG - 81.3 ko

Tout en haut avant le soleil, tel était l’enjeu du jour ! la récompense était tout simplement divine !!

JPEG - 133.9 ko

Révérenciel !!!! parmi mes images préférées. La révérence de ce royal animal devant ce spectacle rare.

JPEG - 23.4 ko

On se décale vers l’Ouest pour aller chercher son plus joli profil ou du moins son plus austère.

JPEG - 95.5 ko

La petite chapelle de Trésanne sous la bienveillance du pilier nord-Est du Mont-Aiguille.

JPEG - 58 ko

Monument Valley Made in Trièves avec les épicéas en guise de cactus !! Il est pas beau mon Vercorado ???

JPEG - 47.7 ko

petite fenêtre sur le calcaire un printemps chahuté !

JPEG - 50.1 ko

les premiers rayons sur son pilier sud-Est garantissent un grand spectacle !

JPEG - 45.9 ko

l’ensemble de la barrière orientale s’enflamme.

JPEG - 65.8 ko

quand le vent au nord, un taquin nuage se colle sur sa face sud le rendant invisible pour les gens de Chichilianne !!!

JPEG - 64.2 ko

C’était vendredi dernier avec Rémi au sommet du Goutarou, 10 minutes avant que la neige ne nous rattrape.

JPEG - 73.9 ko

on repart du coté des crêtes du Baconnet, certainement parmi les plus beaux belvédères des Alpes, n’est ce pas Marguerite ???

JPEG - 72.7 ko

lever de soleil et coucher de lune sur le Pas de la Selle. à droite, le pas des Bachassons.

JPEG - 109.9 ko

la pieuvre du Baconnet va t’ elle dévorer le monstre ???

JPEG - 120.3 ko

le petit hameau de Chauplane encore à l’ombre.

JPEG - 59 ko

Octobre 2010. les nuages ont envahi la vallée. le Goutarou surnage et un vol de chocards dans le ciel d’automne !

JPEG - 57.6 ko

l’Hiver, il vous faudra parfois écarter les branches pour l’apercevoir.

JPEG - 70 ko

 discret mais omniprésent. Seb semble aimanté par cette silhouette

JPEG - 87.9 ko

Pas la moindre trace, serions nous les premiers !!! pour un fois !!!

JPEG - 84.8 ko

Nuages tirés au cordeau, Franck et Louis sont sur une autre planète

JPEG - 56.3 ko

La grande diagonale propulse Seb vers le soleil.

JPEG - 112.1 ko

exubérance de l’automne.

JPEG - 108.8 ko

la jolie molaire aux angles francs coté Richardière.

JPEG - 88.9 ko

les toits rouges et le clocher de Chichilianne

JPEG - 90.3 ko

Les toits ont perdu leur joli rouge. le village dort, la lune veille !

JPEG - 110 ko

Seigle et coquelicots dans un ciel d’orage

JPEG - 127.2 ko

champs rouge sang.Cette montagne est belle et est un vrai bonheur pour l’amateur d’images que je suis ! le panoramique nous plonge dans son contexte mais nous éloigne de son intimité. je reviendrai un jour sur des plans plus serrés mais ceci est une autre histoire ......alors, PBMDM, vous avez compris pourquoi ???

JPEG - 75.9 ko

 AMICALEMENT ............................................................... PS : non je n’ai pas cassé le Kairn !!!! 

Les Pins Drapeaux

Bonjour j’ai eu à plusieurs reprises le plaisir de monter photographier quelques arbres très sympas en Matheysine, pays coincé entre Oisans, Vercors et Dévoluy, plus précisément sur le secteur du vieux massif du Sénépy au dessus de la Mure.Ces pins très caractéristiques arborent un port très particulier dit ’en drapeau’ qui donne une indication précieuse sur les vents dominants du secteur.On pense souvent que le ploiement de l’arbre soumis au vent est devenu irréversible par suite de la plasticité de la plante. En fait, le phénomène est plus complexe : les bourgeons situés au vent se développent moins bien et les branches cassent. Les bourgeons situés sous le vent sont mieux protégés et se développent mieux. La dissymétrie observée n’est donc pas un mouvement dû au vent comme celui d’un drapeau mais une dissymétrie du développement.http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/mo... la petite histoire, un récent projet d’implantation d’éoliennes sur ce secteur déjà gravement défiguré par la présence d’une ligne THT a fait l’objet d’un grand rassemblement d’ opposants de toutes natures. Un secteur sensible où réside encore le Tétras, où migrent étourneaux, grives et autres bécasses. Plus d’informations sur ces quelques liens : _ http://dodiblog.unblog.fr/2008/04/0...
http://defensesenepi.canalblog.com/...
http://www.mountainwilderness.fr/in... vous propose d’aller visiter ces arbres dissymétriques en choisissant quelques ambiances que nous réserve cette belle région. en voiture ........................... attention : bonnet obligatoire et tout d’abord, ce vieil exemplaire qui était certainement le plus ’photogénique’ du plateau, mort depuis des années mais narguant effrontément le vent du nord.

JPEG - 116.6 ko

bleu ou

JPEG - 72.1 ko

Blanc  ?

JPEG - 104.7 ko

Bleu ou

JPEG - 48.3 ko

Blanc ?

JPEG - 83.2 ko

l’hiver dernier lui aura été fatal. il repose au sol mais qu’ i se rassure, d’autres plus vaillants perpétuent le pied de nez à la bise.Allez un petit tour du propriétaire par temps clair :

JPEG - 104.5 ko

 en commençant bien sur par l’ancêtre qui salue l’Obiou

JPEG - 61.6 ko

Sous la tête et le Roc de Garnesier avant l’orage

JPEG - 70.5 ko

en regardant plein nord, direction Taillefer et Tabor

JPEG - 57.8 ko

Cap au sud : certainement son plus beau profil

JPEG - 82 ko

la neige et l’hiver ont grillé la pâture qui se voudra de nouveau généreuse au printemps revenu pour les nombreuses vaches appréciant l’endroit.

JPEG - 72.9 ko

quelques petits points d’eau feront illusion au printemps

JPEG - 52.7 ko

Mais c’est l’hiver quand hurle la bise que ces lieux prennent toute leurs dimension et puissance.

JPEG - 51.1 ko

la neige, la brume uniformisent la couleur mais n’altèrent en rien la folie des formes.

JPEG - 74.4 ko

je ploie mais je tiens, je courbe l’échine et crois à la vie.

JPEG - 69.1 ko

Brouillard, le voleur de couleurs

JPEG - 60.8 ko

les cristaux de givres matérialise la constance de la morsure du vent sur ce plateau.

JPEG - 64 ko

Sommes nous en Scandinavie ? Où sont les aurochs ?? ........... Ben non, c’est le plateau Matheysin !!

JPEG - 60.1 ko

peu d’espèces végétale peuvent ainsi narguer les éléments

JPEG - 53 ko

Peu d’espèces animales non plus, seul le Jean René à poil dur parfois hante les lieux. Retour progressif à la couleur lorsque le brouillard daigne relâcher son emprise

JPEG - 90.4 ko

place au vert et au jaune mais le bleu est toujours prohibé

JPEG - 74.4 ko

Givre sélectif

JPEG - 75.6 ko

souvent à la sortie de l’hiver, de petites flaques au pied des quelques arbustes.

JPEG - 75.9 ko

au fond, on semble deviner un rayon de soleil dans la vallée.

JPEG - 80.6 ko

Ah oui, je confirme, ça se lève  !

JPEG - 93.9 ko

paysage incroyablement beau.

JPEG - 57.8 ko

formes improbables.Et si nous allions leur rendre une matinale visite afin de renouer avec la couleur :

JPEG - 52.3 ko

sous la bienveillance de la lune un glacial matin d hiver

JPEG - 39.3 ko

Le vent est ici une constante.

JPEG - 27.8 ko

la moindre touffe d’herbe est prétexte à éphémères sculptures

JPEG - 46.5 ko

les nuances de l’aube restent un vrai bonheur

JPEG - 37 ko

le monstre de givre s’apprête à gober le soleil

JPEG - 78 ko

Je crois que ces rayons vont faire du bien à tout le monde, demandez à mes doigts ou à mes oreilles !Quelques plans verticaux pour ces obliques végétaux.

JPEG - 67.4 ko

Encore un qui se prend pour une Autruche

JPEG - 75.2 ko

en brun et blanc

JPEG - 78.8 ko

retour du vert !

JPEG - 66.1 ko

Pousser droit dans ce pays n’est pas une mince affaire !

JPEG - 70.9 ko

Je reviens vers le bel ancêtre, incontestablement le plus noble, le plus fier

JPEG - 44 ko

Textures et couleurs ivres.

JPEG - 24.3 ko

une autre planète que rassure la présence de ces quelques pins

JPEG - 97.3 ko

Merci à sa royale attitude.et pour finir quelques panoramiques de ce tout petit bout de Dauphiné qui me verra encore souvent passer

JPEG - 79.3 ko

Pas grégaire pour deux sous le pin drapeau, mais plutôt un troupeau de vieux solitaires !

JPEG - 46.9 ko

Dévoluy comme horizon sud

JPEG - 32 ko

Tiens, re-voilà notre autruche au petit matin

JPEG - 86.6 ko

crépuscule au printemps 2010

JPEG - 31.1 ko

Seb, cet hiver, à la pleine lune nous remonterons, et les pins drapeaux, nous salueront ...................................................