Le Blog d’Alain Herrault

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 31 mars 2011

Le Mont-Aiguille vu du ciel

Bonjour Je vous propose de rendre une petite visite au Mont-Aiguille par un itinéraire qui ne m’est pour le moins pas coutumier et pourtant qui hante depuis toujours mes images : le ciel !!!J’ai eu le grand bonheur de visiter mon petit coin préféré des Alpes par les airs, dans le bel oiseau blanc de René, un peu coincé au début entre l’appréhension d’un monde qui n’est pas le mien et l’excitation de voir autrement ce fabuleux massif.Assurément un grand moment pour moi, une nouvelle planète, et un passionné passionnant.Alors, on attache sa ceinture, et décollage immédiat !! 

JPEG - 50.9 ko

Tout d’abord, René, élevé par les aigles, amoureux des nuages et des cailloux comme il se plait à le dire 

JPEG - 50.3 ko

et pilote d’un fabuleux planeur STEMME S10VT, auto-planeur bi-place _ 

JPEG - 64 ko

14h30, allez, on y va, il y a des nuages, juste ce qu’il faut !!! Je dois avouer que le fait que le parachute soit obligatoire m’a beaucoup rassuré !

JPEG - 43.9 ko

le soleil est haut et la lumière difficile. On ne s’improvise pas photographe aérien, et les premières images ont été douloureuses !!!Ici au dessus du plan de L’Aup du Seuil et des crêtes de Mallissard

JPEG - 34.3 ko

Chamechaude sort la tête des cumulus pour nous regarder passer. Chamechaude est une curieuse !

JPEG - 44.9 ko

en se retournant, la partie orientale de Chartreuse et le Mont-Blanc au fond

JPEG - 28.2 ko

en grossissant un peu, on le reconnait mieux !! 

JPEG - 42.6 ko

passage au dessus de la cuvette Grenobloise. On reconnait le Néron et Bernadette et Camille qui me font coucou  !!!

JPEG - 121.4 ko

Villard au fond, l’échancrure du col vert qui en impose

JPEG - 69.9 ko

en se rapprochant des crêtes, le vol fut plus un peu ’heurté’ du fait des turbulences. René aura la gentillesse de s’en écarter afin de ménager le photographe !! le pas Ernadent qui semble défier la verticalité.

JPEG - 80.5 ko

Serre Brion et ses vires incroyables

JPEG - 53.3 ko

le Grand Veymont coté Pas de la Ville. René suit un vautour, ou un vautour suit René, quoiqu’il en soit : grosse vrille, Alain : accroches toi !!

JPEG - 43.2 ko

Tiens, un profil qui m’est familier !!!!!

JPEG - 60.8 ko

Le petit et le Grand Veymont au dessus du Pas des Chatons

JPEG - 55.3 ko

Impressionnant  !!!!! la ’bête’ est encore plus belle vue d’en haut !!!

JPEG - 57.6 ko

Sa pâture sommitale où André Giraud a pausé son Piper en 1953. René : On reste ne l’air !!!!

JPEG - 59.2 ko

sa face Est, taquinée par les nuages

JPEG - 49.2 ko

Son versant Ouest, et sa voie normale vaincue en 1492 par Antoine de Ville, Capitaine de Charles VIII

JPEG - 49.5 ko

la surprise du chef : la gloire du pilote, phénomène optico-météorologique connue également sous le nom de spectre de Broken

JPEG - 39.1 ko

le plus drôle dans l’histoire est que je ne m’en suis rendu compte qu’en visualisant mes images après le vol !!!

JPEG - 57.1 ko

Survol du Trièves et du barrage du Monteynard

JPEG - 60.8 ko

les lacs de Laffrey, Petichet et Pierre-Chatel

JPEG - 86.8 ko

les variations dans les bleus trahissent les profondeurs différentes

JPEG - 87.5 ko

Il y a du monde qui navigue sur Laffrey !!

JPEG - 44.4 ko

Retour à Challes les Eaux en survolant Belledonne et petit coucou au Taillefer el à la Meije, sa prestigieuse voisine

JPEG - 38.8 ko

la masse nuageuse etait plus compacte sur Belledonne et retrouver ses repaires en devenait moins évident mais ici le glacier de Freydanne et les 3 pics de Belledonne

JPEG - 40.1 ko

les dents du Loup et le lac du Crozet ! si, si !! cherchez bien !!

JPEG - 40.8 ko

le secret lac de la Sitre au pied de la grande Lance de Domène

JPEG - 74.5 ko

et pour finir, en redescendant tranquillement sur Challes les eaux, le plan d’eau d’Allevard

JPEG - 66.6 ko

Et une petite dernière faite par René (Mais alors : qui pilote ???) où l’on sent la crispation et le bonheur m’ habiter.une heure cinquante de vol, plus un petit repas et une petite phase d’entretien, assurément René m’a offert de l’inoubliable.Si vous voulez en savoir plus sur son bel oiseau blanc et parcourir les Alpes différemment, allez vous balader sur son site (http://www.airmonie.com/), vous ne serez pas déçu !!  _ 

lundi 7 mars 2011

Broken, Parhélie, Fantômes, .....

 Si je vous dis : écharpe de couleurs dans le ciel, mariage du soleil et de la pluie, vous me dites arc-en-ciel bien entendu qui est le plus connu des phénomènes optico-météorologiques et quoique classique et désormais familier, il n’en demeure pas moins fascinant.
Aujourd’hui, je vais vous proposer une balade photographique sur le thème du Halo en tous genres !
Soleil et nuages nous réservent parfois de très étonnantes partitions aux couleurs psychédéliques et aux formes les plus étranges.
En grattant dans mes disques durs, je vous ai préparé un petit cocktail de halos à déguster très frais. Attention, ce n’est qu’une approche photographique et candide. J’ai reproduit quelques textes et vous propose quelques liens en fin d’édito détaillant plus finement ces phénomènes. Le parhélie.Nous allons commencer avec le parhélie, certainement la manifestation optique la plus commune.
Un parhélie (nom masculin), également appelé ’ faux soleil ’, ’ soleil double ’, ’ œil de bouc ’ ou ’ chien du soleil ’ consiste en l’apparition de deux répliques de l’image du soleil, éloignées de l’astre d’une distance angulaire comprise entre 22° (petit halo) et 46° (grand halo). Elles sont placées de part et d’autre du Soleil, sur une ligne horizontale appelée cercle parhélique, qui peut-être ou non apparent. Plus le Soleil est haut dans le ciel, plus les parhélies sont éloignés du halo central.
Le phénomène se produit lorsque le Soleil est assez bas sur l’horizon et que l’atmosphère est chargée de cristaux de glace présents dans les nuages de haute altitude (troposphère) appelés cirrus ou cirrostratus.
Le terme est parfois utilisé, dans un sens figuré, pour décrire le pâle reflet, le double amoindri, de quelque chose ou de quelqu’un : Le mari d’aujourd’hui n’est que le parhélie de cet amant rêvé qui doit luire demain. (Aurélien Scholl, Denise, historiette bourgeoise)

JPEG - 91.2 ko

irisation classique. On y retrouve les couleurs de l’arc-en-ciel

JPEG - 75.8 ko

Auvergne, Aout 2008, de joli cirrus au couchant et un parhélie lové au dessus d’un volcan endormi.

JPEG - 34.7 ko

Ile Rousse Aout 2008. un ciel qui se voile et une frange de virgas protégeant un joli parhélie.

JPEG - 73.7 ko

un autre parhélie de type ’aérosol’. Franck, tu es trop en arrière !!

JPEG - 67.9 ko

sur cette image, les 2 parhélies sont visibles et opposés par rapport au soleil respectant scrupuleusement un angle de 22° (le parhélie est obéissant) Les cercles parhéliquesLes halos se forment par la réflexion ou la réfraction de la lumière des cristaux de glace des nuages de l’étage supérieur (cirrus, cirrostratus...) ou bien par des aérosols liquides présents dans l’atmosphère. Ces cristaux de glaces sont constitués de prismes à six côtés et à sections transversale présentant six angles.tout d’abord quelques images de cercles parhéliques dus à la présence de cirrostratus (6000 m et plus)

JPEG - 35.4 ko

ciel voilé et halo parfait.

JPEG - 97.2 ko

La bulle s’est posée sur les arbres de la Tour sans Venin ! Gonflée, la bulle !

JPEG - 32.8 ko

La Chapelle de le Tour à droit à son auréole. Normal !

JPEG - 54.2 ko

Ambiance toujours un peu blafarde provoquée par le voile de cirrus. Parasélène Lorsque la vedette n’est plus soleil mais la lune, et que les conditions sont respectées, nous assistons à une parasélène

JPEG - 17 ko

Cirrus, pleine lune, Pas des Chatons, nuit glaciale.

JPEG - 22.3 ko

Et quand on parle de phénomènes optiques, impossible de ne pas vous parler du Laurentus Peztelus excitus. Cercle parhélique ’aé rosol’ Un autre type de cercle parhélique que l’on rencontre par grand froid ( -6°c et moins), grand bleu et tres legers cristaux de glace en suspension appelés également ’poussières de diamant’.Ce type de conditions révèle les manifestations optiques les plus impressionnantes que j’ai pu rencontrer.

JPEG - 64.8 ko

superbe apparition au détour d’un virage sur la route entre Lans et Saint-Nizier un matin de décembre 2007

JPEG - 42.5 ko

un peu plus loin, le même au grand angle. chaucun des arc est référencé sous un doux nom.

JPEG - 31.5 ko

Lui, c’est l’arc circumzénithal.

JPEG - 32.1 ko

Encore lui !

JPEG - 49.2 ko

Chamrousse, janvier 2009, on retrouve nos arcs et irisations.

JPEG - 47.4 ko

Décembre 2010. panoramique de 3 images au grand angles. déformation désagréable, désolé. Ici le grand halo et l’arc de Parry comme détaillé :

JPEG - 52.3 ko

merci à Superbolt67 d’Infoclimat pour ces précisions.Le spectre de Brocken (ou Broken)Le spectre de Brocken s’observe surtout en montagne lors de la diffusion de la lumière par les gouttelettes qui forment le brouillard. Pour l’observer on doit avoir un Soleil bien dégagé au dos et une nappe de brouillard ou de nuages devant soi et pouvoir regarder vers le bas à l’opposé du Soleil. Alors on observe un cercle lumineux et coloré exactement à l’opposé du Soleil avec une zone centrale sombre, qui est l’ombre de l’observateur. Le cercle lumineux a pour nom la Gloire. Son rayon dépendant de la dimension des gouttes. Plus elles sont petites plus la Gloire sera grande et inverse.pour la petite histoire, Le spectre de Brocken doit son nom au massif du Brocken dans le Harz en Allemagne, où il est fréquent de le voir ; ce qui est totalement faux car je l’ai vu plus souvent en Chartreuse que dans le massif du Brocken où je ne suis d’ailleurs jamais allé.

JPEG - 19.4 ko

Automne 2010. Sommet du Charmant Som, je croyais être seul : nous étions deux !

JPEG - 59.3 ko

Un type étrangement auréolé me suivait comme mon ombre.

JPEG - 28.7 ko

Mais sa tête me disait quelque chose : je l’avais déjà rencontré dans le Vercors

JPEG - 34.4 ko

Il se cache parfois au raz des épicéas.

JPEG - 19 ko

Parfois, derrière les anémones pulsatiles.

JPEG - 70.3 ko

J’en ai vu trois dans la même bulle un beau jour d’Aout 2007 au grand Veymont

JPEG - 29.9 ko

Avec le fameux parapluie ! Mais comment font ils ??????? je vais vous le dire .... (ça vous rappelle quelqu’un ??)

JPEG - 43.6 ko

Making-of !! C’est pas joli, joli, les Diverticimes !!

JPEG - 28 ko

Plus la surface de stratus est proche, plus mon ombre est impressionnante. Ici, je suis impressionnant !!!!

JPEG - 19.1 ko

Ce n’est pas l’ombre de Laurent mais la mienne et celle de la Croix de la Dent de Crolles, petit sommet Cartusien Gloire du pilote Il est également possible de voir le spectre de Brocken en avion. Cela dépend de la distance entre l’avion et les nuages. Pour voir la Gloire, il faut que l’avion soit proche des nuages.Un grand souvenir que ce vol en planeur avec René en Aout 2010 au dessus du Mont-Aiguille

JPEG - 48.1 ko

Gloire sous la pature sommitale du Mont-Aiguille découverte à la lecture de mes images !

JPEG - 40.7 ko

Comme pour faire un petit coucou à Henri Giraud, le pilote des glaciers, la gloire du Stemme semble vouloir se pauser une nouvelle fois sur le porte-avion Mont-Aiguille Les Nuages Iridescents ou nacrésLorsque dans le ciel passent des nuages minces et humides pas loin du Soleil, les couleurs des nuages sont légèrement diffractées. On les observe souvent lors des cirrocumulus.

JPEG - 30.1 ko

_ Chamrousse, un petit matin de décembre 2005 Les couronnes solaires Les couronnes sont des phénomènes lumineux produits par la diffraction de la lumière par des gouttelettes de nuages. Les stratus, des nuages fins ou brouillards et surtout des cirrocumulus, des altocumulus et altostratus, nuages de moyenne altitude.

JPEG - 64.6 ko

Couronne solaire sous le Pas de Bellecombe. se voit également autour de la lune. mais que ce soit lune ou soleil, cela reste un casse-tête pour le photographe.

JPEG - 40.4 ko

Sous le Moucherotte, une irisation que j’associerais volontiers à une couronne solaire (ce qui tend à confirmer que le soleil est de sang royal) Arc blanc
En montagne et sur les brumes froides de la mer il est possible de voir un Arc Blanc ou fogbow en anglais. Ce phénomène lumineux s’observe de la même façon que le spectre de Brocken. Il est même possible de voir les deux en même temps.
Les Arcs Blancs sont presque aussi grands que l’arc-en-ciel et beaucoup plus larges sauf qu’ils sont blancs. Le Soleil doit être à pas plus de 30 - 40° de hauteur de l’horizon à moins que vous soyez sur une colline et donc que la brume et l’arc peuvent être vus d’en haut. Si la brume est à une distance de plus 50 m de vous il est possible de voir le fogbow plus prolongé. Ils se trouvent à environ 145° est ou ouest du Soleil à l’horizon.

JPEG - 74.2 ko

Lac Achard, un arc blanc m’a surpris pendant la sieste. l’arc blanc est fourbe ! 

JPEG - 29.8 ko

Un phénomène un peu équivalent, en plongée du Vercors sur la capitale des Alpes. Mais soleil et nuages nous réservent d’autres facéties irisées. Fantômes, étoiles des montagnes (pas scientifique comme terme, mais j’aime bien) nous promettent encore de bien jolies surprises aussi éphémères que magiques Mais nous nous écartons du sujet, me direz vous !! et alors, c’est mon site, je fais ce que je veux, vous répondrais je !! Non mais !!
Dédoublement Lorsque le soleil rasant taquine les crêtes les dupliquant sur les nuées proches.

JPEG - 22.5 ko

Les 6 Pucelles. Pardon, les 3 Pucelles et leurs ombres projetées. 

JPEG - 35.1 ko

Lever de soleil sur la Muzelle et les Ecrins à partir du Moucherotte. Pas la peine de prévenir votre ophtalmo, c’est normal !! l’Etoile des montagnes.Une jolie fleur joueuse que l’on ne saisit jamais tant elle est agile. Elle vit dans les arbres aux confins des nuages et du soleil.

JPEG - 63.8 ko

Saint-Nizier, Décembre 2007. les sapins se dupliquent.

JPEG - 129 ko

l’épicéa n’est pas étanche. la lumière fuit.

JPEG - 41 ko

Chamrousse. Intelligente, l’étoile a choisi un pin à crochet centenaire.

JPEG - 79.5 ko

aux portes de l’ombre et de la lumière, quelques secondes palpitantes.

JPEG - 47.2 ko

Jean-René se savait suivi. Dernier regard vers le soleil avant de replonger dans le stratus.

JPEG - 29 ko

l’épicéa et son ombre, de paillettes et de couleurs, vêtus.

JPEG - 49.8 ko

Dernière fusée, mais quelle fusée !!! Voilà, j’ai terminé mon petit tour en couleurs. Il reste tant de belles choses à voir ici et ailleurs. Mais j’espère que ces quelques images poussera votre curiosité à dénicher ces facéties irisées que nous réservent parfois l’interface nuages / soleil. Il manque un phénomènes parmi les plus beaux que nos latitudes ne nous proposent malheureusement pas (ou trop rarement) : l’aurore Boréale.Peut-être un jour ..... Mais ceci est une autre histoire.....si ce sujet vous interesse, voici deux liens bougrement riches :http://la.climatologie.free.fr/phen...

JPEG - 43.3 ko

 Bonne route à chacune et chacun. 

lundi 7 mars 2011

la PBMDM

Que de noms au fil du temps pour ce colosse de calcaire planté au beau milieu du Trièves Supereminet Invius (en latin : qui se dresse, inaccessible), puis Mont inaccessible, qui devint Mont-Aiguille et depuis peu, à très juste titre nommé par les sages (Seb et alain) guidés par une implacable logique : PBMDM (Plus Belle Montagne Du Monde).Pour couper court à d’éventuelles railleries : plus belle montagne du monde ????
Oui, car autant penser que Dieu existe relève de la croyance, autant affirmer que le Mont-Aiguille est le PBMDM est de l’ordre du Postulat. C’est comme ça, il faudra vous y faire (Y grenoblois !!!)Berceau de l’Alpinisme, alors qu’un certain Christophe à bord de ses caravelles pensait avoir découvert les Indes, sur ordre du roi Louis XI, Antoine de Ville, Seigneur de Dompjulien, spécialiste de l’assaut des places fortes va réaliser la première ascension authentifiée par acte notarié. Il fut accompagné entre autres par un escaleur du roi, un maître tailleur de pierres, un maître charpentier, un aumônier et un prédicateur apostolique.
Cet évènement marque sans nul doute la naissance de l’alpinisme.Parmi les faits marquants ce charismatique caillou, l’éboulement de 1940 où il perd 11 mètres et plus près de nous, en 1957, la douce folie du pilote des glaciers André Giraud qui pausa à 57 reprises entre 1957 et 1975, été comme hiver, son petit piper au sommet du Porte-avion Mont-Aiguille. La piste faisait 90 m de long sur 10 de large !!!Je vous invite à suivre les passionnants liens suivants décrivant plus précisément l’histoire de ce royal sommet :
http://montaiguille.free.fr/frames_... _ Enfin, si vous désirez en savoir plus sur la formation de cet énorme chicot du Barrémien inférieur je vous invite à consulter le formidable travail de Maurice Gidon : http://montaiguille.free.fr/frames_geologie.htm Et bien, maintenant que les présentations sont faites, ceintures détachées et bonnets au vent, nous allons faire un petit tour complet de cette incroyable montagne.Et pour taquiner la verticalité insolente du sujet, j’ai choisi le mode horizontalo-panoramique pour vous en présenter ses profils les plus divers.
C’est parti ………………………………………………….. _ Tout d’abord, une silhouette qui se reconnait de très loin Chamrousse est un belvédère privilégié donnant une perspective sympa sur le monstre.

JPEG - 93 ko

Décembre 2009, du sommet de la Croix de Chamrousse aux couleurs de l’aube.

JPEG - 71.3 ko

un peu plus tard, réchauffé par un soleil encore timide

JPEG - 47.8 ko

Mars 2008, même lieu, même heure mais avec quelques nuages en déco

JPEG - 30.4 ko

scénario identique, le soleil réchauffe la pierre et dope la couleur.

JPEG - 45.2 ko

Du sommet du Moucherotte, son assise est plus large. A droite, le Pic St-Michel et à gauche, émergeant à peine, les crêtes du Baconnet où nous irons tout-à-l’heure.

JPEG - 61.2 ko

Octobre 2008. Nébuleuse journée d’automne sous le pas de la Balme.

JPEG - 93.1 ko

Tout à l’opposé, aperçu à partir du Glandasse, son fameux profil ’pas de l’aiguille’ Rapprochons nous tout doucement ...

JPEG - 104.7 ko

Ah le Trieves au mois de Juin !!!!!!!!! la jolie Barre du Goutarou et de l’Aubeyron au premier plan où nous monterons faire quelques images !

JPEG - 85.6 ko

Au dessus du charmant Savourère, il est planté droit comme un I, les racines au col du Papavet

JPEG - 148.6 ko

Juin et les coquelicots, et toujours le Goutarou qui n’est rien d’autre qu’une minérale tribune d’où l’on peut contempler la bête !

JPEG - 93 ko

La Batie, Versant Nord, les moutons au printemps

JPEG - 105.7 ko

Les moutons à l’automne, en transhumance

JPEG - 122.9 ko

Juin 2008 sous un ciel ponponneux (je sais : ça ne se dit pas, mais ça ne fait rien, c’était bien un ciel ponponneux !)

JPEG - 92.2 ko

en se décalant légèrement à l’est, aux couleurs d’Octobre, il fume comme une cheminée de Paquebot

JPEG - 102.8 ko

Il n’y a pas que les dahus pour courrir dans les pentes, les tracteurs du Trièves ont les deux roues droites plus petites que les deux gauches, enfin, parait-il !!

JPEG - 116.5 ko

Des lignes un peu moins impressionnantes, mais que ce Trièves est beau !

JPEG - 62.5 ko

plus au sud, nous voilà sur le Mont-Barral mais la nébulosité du jour et l’axe de prise de vue qui écrase le Mont-Aiguille sur le Grand Veymont n’en font pas le meilleur des belvédères.

JPEG - 61.7 ko

un paysage qui donne le tournis à ces quelques sapins.

JPEG - 92.5 ko

Toujours dans le même secteur, mais un peu plus au sud, à partir du Serre de BeauPuy

JPEG - 86 ko

Automne suivant sur les mêmes pentes

JPEG - 79.8 ko

Novembre 2004, on remonte un peu. toujours sa face Sud Ouest, pris sous Tête Chevalière

JPEG - 109.9 ko

même jour mais du sommet cette fois. petite écharpe de brume pour mon plus grand plaisir

JPEG - 45.6 ko

Mai 2010, la petite écharpe est devenue chandail !!! on devine le trou de l’aiguille sur l’épaule gauche du sommet (petite arche)

JPEG - 86 ko

en redescendant vers le pas de l’Essaure sous un ciel chagrin. Avez vous noté le petit ’Diverticimes’

JPEG - 78 ko

Mars 2006 même endroit et toujours le petit bonhomme !

JPEG - 89.3 ko

Ciel tourmenté et congères psychédéliques

JPEG - 61.7 ko

mariage éphémère du vent et des cristaux

JPEG - 94.6 ko

en Juin la petite mare de Tête Chevalière rafraichit encore les troupeaux.

JPEG - 118.8 ko

la cabane des Chaumailloux et la petite mare du pas de l’aiguille.

JPEG - 114.9 ko

Aout 2006, une masse tabulaire apparait. les calcaires urgoniens dures et Verticaux et l’assise conique de marnes argileuses valanginiennes et hauterivienness

JPEG - 67.1 ko

Octobre 2007. Pas de la Selle. coucher de soleil mémorable. à droite les Rochers du Parquet. en haut, des nuages très particuliers, répondant au doux nom d’ ondes de KH

JPEG - 80.4 ko

Octobre 2004. petite lune et derniers rayons.

JPEG - 145.4 ko

Octobre 2010. folie des couleurs. télescopage des saisons.

JPEG - 61.3 ko

Novembre 2008. Grand Veymont. le Navire Mont-Aiguille dans l’océan de coton

JPEG - 58.6 ko

Pas des chatons, premières couleurs du jour et pas les moindres !!!

JPEG - 81.3 ko

Tout en haut avant le soleil, tel était l’enjeu du jour ! la récompense était tout simplement divine !!

JPEG - 133.9 ko

Révérenciel !!!! parmi mes images préférées. La révérence de ce royal animal devant ce spectacle rare.

JPEG - 23.4 ko

On se décale vers l’Ouest pour aller chercher son plus joli profil ou du moins son plus austère.

JPEG - 95.5 ko

La petite chapelle de Trésanne sous la bienveillance du pilier nord-Est du Mont-Aiguille.

JPEG - 58 ko

Monument Valley Made in Trièves avec les épicéas en guise de cactus !! Il est pas beau mon Vercorado ???

JPEG - 47.7 ko

petite fenêtre sur le calcaire un printemps chahuté !

JPEG - 50.1 ko

les premiers rayons sur son pilier sud-Est garantissent un grand spectacle !

JPEG - 45.9 ko

l’ensemble de la barrière orientale s’enflamme.

JPEG - 65.8 ko

quand le vent au nord, un taquin nuage se colle sur sa face sud le rendant invisible pour les gens de Chichilianne !!!

JPEG - 64.2 ko

C’était vendredi dernier avec Rémi au sommet du Goutarou, 10 minutes avant que la neige ne nous rattrape.

JPEG - 73.9 ko

on repart du coté des crêtes du Baconnet, certainement parmi les plus beaux belvédères des Alpes, n’est ce pas Marguerite ???

JPEG - 72.7 ko

lever de soleil et coucher de lune sur le Pas de la Selle. à droite, le pas des Bachassons.

JPEG - 109.9 ko

la pieuvre du Baconnet va t’ elle dévorer le monstre ???

JPEG - 120.3 ko

le petit hameau de Chauplane encore à l’ombre.

JPEG - 59 ko

Octobre 2010. les nuages ont envahi la vallée. le Goutarou surnage et un vol de chocards dans le ciel d’automne !

JPEG - 57.6 ko

l’Hiver, il vous faudra parfois écarter les branches pour l’apercevoir.

JPEG - 70 ko

 discret mais omniprésent. Seb semble aimanté par cette silhouette

JPEG - 87.9 ko

Pas la moindre trace, serions nous les premiers !!! pour un fois !!!

JPEG - 84.8 ko

Nuages tirés au cordeau, Franck et Louis sont sur une autre planète

JPEG - 56.3 ko

La grande diagonale propulse Seb vers le soleil.

JPEG - 112.1 ko

exubérance de l’automne.

JPEG - 108.8 ko

la jolie molaire aux angles francs coté Richardière.

JPEG - 88.9 ko

les toits rouges et le clocher de Chichilianne

JPEG - 90.3 ko

Les toits ont perdu leur joli rouge. le village dort, la lune veille !

JPEG - 110 ko

Seigle et coquelicots dans un ciel d’orage

JPEG - 127.2 ko

champs rouge sang.Cette montagne est belle et est un vrai bonheur pour l’amateur d’images que je suis ! le panoramique nous plonge dans son contexte mais nous éloigne de son intimité. je reviendrai un jour sur des plans plus serrés mais ceci est une autre histoire ......alors, PBMDM, vous avez compris pourquoi ???

JPEG - 75.9 ko

 AMICALEMENT ............................................................... PS : non je n’ai pas cassé le Kairn !!!! 

lundi 7 mars 2011

Les Pins Drapeaux

Bonjour j’ai eu à plusieurs reprises le plaisir de monter photographier quelques arbres très sympas en Matheysine, pays coincé entre Oisans, Vercors et Dévoluy, plus précisément sur le secteur du vieux massif du Sénépy au dessus de la Mure.Ces pins très caractéristiques arborent un port très particulier dit ’en drapeau’ qui donne une indication précieuse sur les vents dominants du secteur.On pense souvent que le ploiement de l’arbre soumis au vent est devenu irréversible par suite de la plasticité de la plante. En fait, le phénomène est plus complexe : les bourgeons situés au vent se développent moins bien et les branches cassent. Les bourgeons situés sous le vent sont mieux protégés et se développent mieux. La dissymétrie observée n’est donc pas un mouvement dû au vent comme celui d’un drapeau mais une dissymétrie du développement.http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/mo... la petite histoire, un récent projet d’implantation d’éoliennes sur ce secteur déjà gravement défiguré par la présence d’une ligne THT a fait l’objet d’un grand rassemblement d’ opposants de toutes natures. Un secteur sensible où réside encore le Tétras, où migrent étourneaux, grives et autres bécasses. Plus d’informations sur ces quelques liens : _ http://dodiblog.unblog.fr/2008/04/0...
http://defensesenepi.canalblog.com/...
http://www.mountainwilderness.fr/in... vous propose d’aller visiter ces arbres dissymétriques en choisissant quelques ambiances que nous réserve cette belle région. en voiture ........................... attention : bonnet obligatoire et tout d’abord, ce vieil exemplaire qui était certainement le plus ’photogénique’ du plateau, mort depuis des années mais narguant effrontément le vent du nord.

JPEG - 116.6 ko

bleu ou

JPEG - 72.1 ko

Blanc  ?

JPEG - 104.7 ko

Bleu ou

JPEG - 48.3 ko

Blanc ?

JPEG - 83.2 ko

l’hiver dernier lui aura été fatal. il repose au sol mais qu’ i se rassure, d’autres plus vaillants perpétuent le pied de nez à la bise.Allez un petit tour du propriétaire par temps clair :

JPEG - 104.5 ko

 en commençant bien sur par l’ancêtre qui salue l’Obiou

JPEG - 61.6 ko

Sous la tête et le Roc de Garnesier avant l’orage

JPEG - 70.5 ko

en regardant plein nord, direction Taillefer et Tabor

JPEG - 57.8 ko

Cap au sud : certainement son plus beau profil

JPEG - 82 ko

la neige et l’hiver ont grillé la pâture qui se voudra de nouveau généreuse au printemps revenu pour les nombreuses vaches appréciant l’endroit.

JPEG - 72.9 ko

quelques petits points d’eau feront illusion au printemps

JPEG - 52.7 ko

Mais c’est l’hiver quand hurle la bise que ces lieux prennent toute leurs dimension et puissance.

JPEG - 51.1 ko

la neige, la brume uniformisent la couleur mais n’altèrent en rien la folie des formes.

JPEG - 74.4 ko

je ploie mais je tiens, je courbe l’échine et crois à la vie.

JPEG - 69.1 ko

Brouillard, le voleur de couleurs

JPEG - 60.8 ko

les cristaux de givres matérialise la constance de la morsure du vent sur ce plateau.

JPEG - 64 ko

Sommes nous en Scandinavie ? Où sont les aurochs ?? ........... Ben non, c’est le plateau Matheysin !!

JPEG - 60.1 ko

peu d’espèces végétale peuvent ainsi narguer les éléments

JPEG - 53 ko

Peu d’espèces animales non plus, seul le Jean René à poil dur parfois hante les lieux. Retour progressif à la couleur lorsque le brouillard daigne relâcher son emprise

JPEG - 90.4 ko

place au vert et au jaune mais le bleu est toujours prohibé

JPEG - 74.4 ko

Givre sélectif

JPEG - 75.6 ko

souvent à la sortie de l’hiver, de petites flaques au pied des quelques arbustes.

JPEG - 75.9 ko

au fond, on semble deviner un rayon de soleil dans la vallée.

JPEG - 80.6 ko

Ah oui, je confirme, ça se lève  !

JPEG - 93.9 ko

paysage incroyablement beau.

JPEG - 57.8 ko

formes improbables.Et si nous allions leur rendre une matinale visite afin de renouer avec la couleur :

JPEG - 52.3 ko

sous la bienveillance de la lune un glacial matin d hiver

JPEG - 39.3 ko

Le vent est ici une constante.

JPEG - 27.8 ko

la moindre touffe d’herbe est prétexte à éphémères sculptures

JPEG - 46.5 ko

les nuances de l’aube restent un vrai bonheur

JPEG - 37 ko

le monstre de givre s’apprête à gober le soleil

JPEG - 78 ko

Je crois que ces rayons vont faire du bien à tout le monde, demandez à mes doigts ou à mes oreilles !Quelques plans verticaux pour ces obliques végétaux.

JPEG - 67.4 ko

Encore un qui se prend pour une Autruche

JPEG - 75.2 ko

en brun et blanc

JPEG - 78.8 ko

retour du vert !

JPEG - 66.1 ko

Pousser droit dans ce pays n’est pas une mince affaire !

JPEG - 70.9 ko

Je reviens vers le bel ancêtre, incontestablement le plus noble, le plus fier

JPEG - 44 ko

Textures et couleurs ivres.

JPEG - 24.3 ko

une autre planète que rassure la présence de ces quelques pins

JPEG - 97.3 ko

Merci à sa royale attitude.et pour finir quelques panoramiques de ce tout petit bout de Dauphiné qui me verra encore souvent passer

JPEG - 79.3 ko

Pas grégaire pour deux sous le pin drapeau, mais plutôt un troupeau de vieux solitaires !

JPEG - 46.9 ko

Dévoluy comme horizon sud

JPEG - 32 ko

Tiens, re-voilà notre autruche au petit matin

JPEG - 86.6 ko

crépuscule au printemps 2010

JPEG - 31.1 ko

Seb, cet hiver, à la pleine lune nous remonterons, et les pins drapeaux, nous salueront ................................................... 

dimanche 6 mars 2011

l’ hiver en panoramiques.

bonjour l’hiver arrive doucement avec ses joies, avec ses peines. Indiscutablement, sous la neige, la montagne prend une autre dimension. plus belle, plus froide, plus mystérieuse, elle relativise l’homme tout en sublimant ses formes. sortir des ’stades de neiges’ et découvrir avec humilité son intimité et ses secrets est un privilège qui ne me lassera jamais.alors, un petit panoramique tour dans ce si beau Trièves paré de blanc.et à tout seigneur, tout honneur, nous allons tourner autour de la citadelle Urgonienne du Mont-Aguille jean Luc en reste sans voix : flotterait il ? sous le grand Veymont Novembre 2008

JPEG - 131.5 ko

 premiers rayons pour la sublime barrière orientale du Vercors. Goutarou Fevrier 2008

JPEG - 68.1 ko

 les dolines du pas des chatons après une grosse chute de neige. on reconnaitra bien sûr le minuscule Jean-René !

JPEG - 67.6 ko

entre l’Aiguillette et le Mont-Aiguille, saviez vous qu’il y avait la mer ? Novembre 2007

JPEG - 54.9 ko

son profile sud à partir de Tête Chevalière Mars 2006

JPEG - 144.9 ko

 un peu plus au sud. Un Vincent se cache dans cette image !!!!

JPEG - 60.2 ko

 tous les jours ne sont pas bleus, mais qu’importe, Jean René, Baba devant un tel spectacle Sous Tête Chevalière Mars 2006

JPEG - 80.9 ko

 lever de soleil sous le petit Veymont (Novembre 2008). on court pour être là haut avant le soleil, puis la récompense,où l’on déguste sans retenue ces moments forts.

JPEG - 63.4 ko

 la grande Moucherolle jusqu’au Moucherotte ont préféré le soleil à l’obscurité. les voilà coiffés d’un bien étrange lenticulaire. Novembre 2008

JPEG - 60.9 ko

Ciel métallique et le seul rayon pour le roi. Donnière Decembre 2008

JPEG - 88.2 ko

le mauvais temps s’impose. la grange du col du Prayet joue l’indifférence. Mars 2008

JPEG - 98.9 ko

Claude en haut de l’affiche. Corniche ou vague figée, le surfeur de l’impossible. Tête Chevalière Février 2009

JPEG - 100 ko

Facéties du vent, ouvrage éphémère, et la photo pour le figer. Tête Chevalière Février 2009

JPEG - 61.7 ko

 relève de la garde. La lune cède la place au soleil. Chauplane Mars 2008

JPEG - 86.7 ko

 il se cache dans les branches où il a passé la nuit. Le Mont-Aiguille est joueur ! Baconnet Mars 2009

JPEG - 63 ko

entre neige et brumes, le Trièves se réveille. Baconnet Mars 2009

JPEG - 78.2 ko

Petit arbre fou de joie. Baconnet Mars 2008

JPEG - 76.5 ko

 un grand souvenir que ce matin de Janvier 2005. Rochers du Baconnet

JPEG - 45.5 ko

 Quand je vous dis que c’est une autre planète !!! demandez à Seb encore tout esbaudit devant un tel décors. Baconnet Janvier 2009

JPEG - 57.9 ko

 des doigts qui piquent, des oreilles cassantes, mais pour rien au monde, on échangerait notre instant

JPEG - 56.3 ko

 fin de la promenade du jour, mais rendons ces lieux magiques à leur vrais propriétaires, le vent se chargera d’effacer nos traces

JPEG - 73.2 ko

 je termine sur ce beau mâle face au Mont-Aiguille et vous propose lors d’un futur édito de consacrer quelques images à ces superbes bouquetins qui colonisent depuis près de 20 ans notre beau Vercors, et qui l’an prochain vont découvrir les plateaux de Chartreuse.bon weekend 

Lenticulaires.

Bonjour Certainement parmi les plus beaux !! Quoi les plus beaux ? Les plus beaux nuages bien sûr !!! Nuages orographiques, nées du mariage des reliefs et du vent, ces formes brossées, peignées, polies sont un vrai bonheur pour nos paysages. Leur forme est très caractéristique : une lentille souvent symétrique à l’aspect lissé. Ils sont les témoins d’un vent violent en altitude et sont rarement très bon signe pour les heures qui suivent ! Parfois simples coiffes, parfois piles d’assiettes, souvent soucoupes volantes, ces nuages d’ondes bien connus et appréciés des libéristes et autres fous volants, sont souvent le privilèges des régions de montagne. Alors en voiture pour le ciel ! et commençons par cette chouette journée de Mars 2008 où j’ai observé ces lenticulaires se former, disparaître puis réapparaître de nouveau jusqu’au coucher de soleil qui fut mémorable 

JPEG - 91.1 ko

 de légers sourcils en milieu de journée 

JPEG - 38.6 ko

 un peu plus marqués dans le courant de l’après-midi 

JPEG - 32 ko

 la fin de journée en apothéose malgré ce vilain nuage accrochant Chamrousse nous cachant une partie du Spectacle 

JPEG - 36.4 ko

 derniers rayons de soleil pour ces monstres flottants 

JPEG - 32.6 ko

 un empilement de toute beauté Belledonne est un excellent terrain pour ces formations 

JPEG - 22 ko

 Mille-feuilles au dessus de Chamrousse au couchant 

JPEG - 64.5 ko

 installé sur la Grande LAnce de Domène, il semble vouloir y passer la nuit 

JPEG - 26.7 ko

 lever de soleil auréolé au dessus la station Iséroise 

JPEG - 25.2 ko

 coup de zoom sur ce champignon atomique au dessus du Grand Galbert 

JPEG - 38.4 ko

 Et que penser de ce diabolo géant au dessus des 7 Laux !! 

JPEG - 63.6 ko

 les fameuses piles d’assiettes au dessus de Belledonne 

JPEG - 27.9 ko

 3 images faites au 500 mm du fameux âne du Mont-Blanc (distant de plus de 100 km de mon poste d’observation) 

JPEG - 23.7 ko

 Un peu plus tard, la Méduse cotonneuse se déforme au gré des vents d’altitude 

JPEG - 22 ko

 les presque 5000 m du Toit de l’Europe parvient encore à attraper les derniers rayons 

JPEG - 33.6 ko

 Un lever de Lune inoubliable sur un Mont-Blanc caché sous son nuage 

JPEG - 45 ko

 au tour de Chartreuse de voir passer les OVNI 

JPEG - 46 ko

 l’ Obiou balayé par un terrible vent du Sud et un remarquable lenticulaire qui passe quelques secondes dans la lumière. Des rafales mesurées à plus de 100 k/h au col de Brame Farine. 

JPEG - 41.4 ko

 la Meije et les Ecrins sont souvent visités par ces étranges formations 

JPEG - 29.9 ko

 des nuages lissés comme des bonbons au dessus de l’ Oisans 

JPEG - 68 ko

 Revenons dans notre beau Vercors en novembre 2004. 

JPEG - 59.7 ko

 superbes formations en rang serré et une petite série mémorable faite sur le plateau des ramées faite dans un ciel de folie 

JPEG - 55.5 ko

 Des doigts de sorcière caressent les deux sœurs et la grande Moucherolle 

JPEG - 49.9 ko

 Un photographe heureux !! 

JPEG - 46.6 ko

 Incroyables teintes de ce ciel d’hiver 

JPEG - 37.8 ko

 Le spectacle se termine doucement laissant la place à la nuit glaciale 

JPEG - 29.4 ko

 Quoiqu’à l’ occident, il se passe encore des choses sympas !! 

JPEG - 75.3 ko

 La Corse est un eden pour les amateurs de nuages et autres phénomènes météorologique et son fameux Libecciu est un généreux pourvoyeur de monstres bouffis. Ici une masse brossée inquiète la Plagia Orba 

JPEG - 52.1 ko

 le superbe Lac Nino et quelques signes de vent d’altitude 

JPEG - 45.3 ko

 Une manifestation tres originale en forme d’aile d’avion au dessus de l’Ile Rousse Je vous invite vivement à visiter les extraordinaires lenticulaires (entre-autres) que Dominique Tison a capturés sur cette belle Terre Corse. Du grand spectacle : http://pagesperso-orange.fr/libecciu/ enfin pour finir, trois images faites en mai 2008 dans les Pyrénées Orientales qui m’ont fait raté une divine sardinade ( mais qu’importe !) Ce fut un spectacle incroyable. 

JPEG - 88.1 ko

 Ca commençait très fort devant les maisons de pécheurs du lac de St Cyprien sous les pétaradants pourpiers 

JPEG - 27.2 ko

 le soir, ce fut fabuleux 

JPEG - 28.6 ko

 Spectacle inoubliable 

JPEG - 17.6 ko

 Voilà !! j’espère que ces images vous auront plu. Vous pouvez les retrouver pour certaines ainsi que d’autres dans un porte folio dédié aux lenticulaires. 

dimanche 6 mars 2011

Rosée du petit matin.

A plat ventre, le museau dans l’herbe, à la quête du petit détail, me voilà quadrupède trempé et éberlué par le délicieux témoignage de la nuit printanière qui a laissé quelques perles de rosée sur tout ce qu’elle a touché. Alors penchez vous avec moi, et regardons de plus près cet autre monde. Pour les amateurs de macro, rien ne vaut un petit matin ou un ciel couvert diluant la lumière, les traces de la nuit étant encore présente et les papillons encore engourdis attendant encore que le soleil réchauffe leurs ailes, se laissent ainsi gentiment approcher.Aujourd’hui le végétal et la rosée. les bottes sont vivement conseillées !! 

JPEG - 153 ko

 Classique de chez classique, soit, mais comment ne pas être sensible à ce diadème. Incroyable travail de nos charmantes araignées.

JPEG - 57.1 ko

Oh le joli trèfle constellé d’étoiles

JPEG - 54.9 ko

un salsifis des près ou Barbe de Bouc penche sous le poids de sa cargaison

JPEG - 117.6 ko

Rapprochons nous, pénétrons cette nouvelle planète au graphisme incroyable

JPEG - 118.2 ko

encore plus près ! le Nano-monde, les molécules de diamant sont enfin visibles. Enfin, je crois .....

JPEG - 37.7 ko

au tour de ce bel Œillet de capturer mon attention

JPEG - 32.1 ko

son profil nous dévoilant un pistil totalement colonisé par la rosée

JPEG - 37.8 ko

une chicorée sauvage

JPEG - 48.1 ko

détails

JPEG - 29.3 ko

avec une profondeur de champs réduite au possible

JPEG - 47.4 ko

les jeunes feuilles ne laissent pas leur part au chat

JPEG - 31.2 ko

même les petits euphorbes profitent de la rosée

JPEG - 61.1 ko

Mal coiffée cette anémone pulsatile et des gouttes perlent encore sur ses longs cheveux !!

JPEG - 74 ko

Un sac de billes d’ agate, une grappe de cristaux

JPEG - 62.9 ko

Gros plans sur ce monde minuscule

JPEG - 53.3 ko

Des yeux de diamant nous regardent

JPEG - 37.8 ko

Une Ophrys bourdon semblant sortir de sa douche

JPEG - 32.2 ko

sa Cousine, Ophrys mouche n’est pas plus fière

JPEG - 33.6 ko

de profil, ce n’est pas mal non plus

JPEG - 41.5 ko

Les illustres Sabots de Vénus en sous bois savent ce qu’est l’ humidité du matin

JPEG - 49.3 ko

deux orphelines sur ce qu’il reste d’une fleur de pissenlit

JPEG - 28.9 ko

Notez les jolis Ballerines de nos deux amies

JPEG - 64.7 ko

enfin, pour finir, une belle araignée crabe sur un pissenlit !! Mais je m’égare, les araignées, c’est une autre histoire .............. 

dimanche 6 mars 2011

Le Bouquetin

Quelques images de ce bel animal qui depuis une trentaine d’année recolonise pour notre plus grand plaisir la plupart de nos massifs alpins. Au tour de Chartreuse après 2700 ans d’absence de retrouver ces puissantes silhouettes sur ses hauts plateaux.J’ai donc choisi une série « quatre saisons » dans le beau massif du Vercors pour illustrer le plus sympa des ongulés de nos montagnes. En route sans plus tarder, direction le Trièves !!

JPEG - 90.9 ko

Les Gardiens du temple : 80 à 120 Kg pour ces superbes mâles aux cornes arquées qui peuvent atteindre 90 cm

JPEG - 122.6 ko

au printemps, une harde de femelles et des jeunes.

JPEG - 127.7 ko

les pâtures sont généreuses et réparatrices d’un hiver long

JPEG - 64.2 ko

fin avril, son chandail est bougrement mité. la mue opère pour cette belle étagne.

JPEG - 41.4 ko

petite pause à l’ombre d’un gros joufflu

JPEG - 90.1 ko

les jeunes gambadent. le bouquetin peut faire des bonds de 6 mètres et atteindre 70 km/h sur terrain plat

JPEG - 103.9 ko

Ici, petit exercice de désescalade sous le regard protecteur de maman

JPEG - 105.7 ko

les grands mâles restent ensembles. Repos bien mérité pour ce patriarche dans le cadre fabuleux du cirque d’Archiane

JPEG - 38.9 ko

celui-ci fait l’objet d’un suivi minutieux de la part du parc. Ses boucles d’oreilles permettent de l’identifier à distance et un collier radio émetteur signale ses déplacement dans le massif.

JPEG - 88.3 ko

sa distance de fuite est bien plus courte que celle du chamois, et avec un peu de douceur, il est facile de les approcher. Bien entendu, il faut savoir rester raisonnable !

JPEG - 72.4 ko

l’été a jauni les pâtures d’alpage, les brumes de chaleur soulignent les combes de ce superbe massif du Vercors.

JPEG - 51.1 ko

contrejour sur les hauts plateaux

JPEG - 58.7 ko

chaque étagne a deux petits, celui de l’année et celui de l’année précédente

JPEG - 103 ko

Madame reste vigilante

JPEG - 96 ko

j’ai l’impression que mon bonnet l’amuse, ce qui laisse totalement indifférent son petit !!

JPEG - 73.4 ko

petit diablotin

JPEG - 40.8 ko

petite sieste avec maman au dessus des nuages

JPEG - 65.7 ko

fin de l’automne, les mâles rejoignent les hardes de femelles pour leur conter fleurette

JPEG - 113.1 ko

attitude caractéristique. Traduction : Vous habitez chez vos parents ???

JPEG - 129.4 ko

une période également riche en combats. Impressionnants claquements de leur bois dans le silence de la montagne.

JPEG - 134.3 ko

les jeunes à leur tour s’entraînent à ces joutes masculines.

JPEG - 101.2 ko

petit échauffement entre copains aux premières neiges !

JPEG - 62.2 ko

Fin novembre, deux fières et impressionnantes silhouettes à la recherche de la Belle.

JPEG - 85.9 ko

Un mâle qui semble n’avoir que l’embarras du choix.

JPEG - 74.4 ko

Ce sera donc toi !!! Ne vous en faites pas,mesdemoiselles, le bouquetin est polygame.

JPEG - 71.8 ko

Coup de foudre at Vercors Hills.  Vé la pitchoune !!!

JPEG - 73.4 ko

C’est à vous ces beaux yeux là ???

JPEG - 38.4 ko

l’Hiver s’installe inexorablement.

JPEG - 124 ko

se nourrir va devenir plus difficile.

JPEG - 45.2 ko

leur résistance au froid est remarquable.

JPEG - 42.4 ko

Ils préfèrent les lignes de crêtes où le vent aura dégagé un peu d’herbe.

JPEG - 25.6 ko

Qui observe qui ??

JPEG - 33.6 ko

plus difficile pour ce jeune dans cette neige profonde.

JPEG - 95.4 ko

en cherchant bien, il y a a toujours un rocher au soleil pour se prélasser.

JPEG - 104.2 ko

Équilibriste hors pair, sa prestance sur les parois raides est ahurissante.

JPEG - 92.1 ko

On peut les retrouver dans des secteurs quasi verticaux !

JPEG - 97.3 ko

son royaume est vraiment le rocher ! il aime un peu moins la neige !!

JPEG - 72.8 ko

Un mâle et deux prétendantes. Au fond les géants des Ecrins

JPEG - 70.9 ko

 image faite au petit compact il y a quelques années. des manchons de glace encapsulent l’herbe et laissent de glace (normal) notre patriarche. C’est le tres reconnaissable deux boucles jaunes équipé de son collier radio.

JPEG - 65 ko

 Que notre royaume est beau !!!

JPEG - 63.4 ko

 Quand je pense se dit ce grand mâle que certains osent encore prétendre que le Mont-Aiguille n’est pas la plus belle montagne du monde !! Hallucinant, non ?

JPEG - 53.7 ko

 Montagne, nuages, copains, Bouquetins : C’était le grand pied !

JPEG - 64.9 ko

 Il me regarde fièrement et semble me dire : C’ est beau, hein ? c’est chez moi !!

JPEG - 61.5 ko

 Une étagne nous fait un numéro de cirque sur un petit caillou dominant l’abîme.

JPEG - 60.1 ko

 Pas de bruit, sinon celui du vent. le temps s’ est arrêté. Lui et moi.

JPEG - 63.4 ko

 Revoilà la bande nonchalante de copains devant la reine des Montagnes.

JPEG - 42.7 ko

Sérénité, quand tu nous tiens !

JPEG - 49.9 ko

 Les conditions étaient royales ce jour, rares devrais je dire. Des moments forts !

JPEG - 81.2 ko

 Des compos comme je les aime. Occupé à scruter le bel horizon du Diois, sa fière silhouette m’est apparue.

JPEG - 97.8 ko

 Un petit pano en guise de fin. Il tire sa révérence à la montagne. Et déjà mes traces ont été balayées par le vent.

JPEG - 84.2 ko

 une très belle image de Vincent où l’on me voit très proche de ce superbe mâle un glacial matin de Décembre.A ce sujet, l faut savoir que sa distance de fuite étant courte, approcher ces animaux est très simple aussi faut il ne pas vouloir aller trop prêt au risque de les faire basculer dans une barre où même de les déranger alors qu’ils font leurs réserves pour l’hiver. Donc, soyons garants de ce patrimoine. Ce bonheur de partager ainsi quelques instants avec eux est entre nos mains. Cet édito n’est qu’une vague présentation de ce bel animal de nos montagnes. de nombreux forums regorgent de renseignements plus précis à son sujet. je vous invite par exemple à visiter celui-ci http://alpesoiseaux.free.fr/animaux/bouquetin_capra_ibex/bouquetin.htmou bien sûr celui d’ Eric qui suit actuellement le programme de réintroduction du bouquetin en Chartreusehttp://photonature.over-blog.org/article-le-retour-du-bouquetin-en-chartreuse-46089993.html 

dimanche 6 mars 2011

Les 3 plus Belles

Les 3 plus Belles

Bonjour Une petite balade locale au fil des saisons, ça vous tente ??? Alors ce sera à propos de rochers parmi les plus célèbres pour les Grenoblois : les 3 Pucelles !!! Nous sommes au Nord du massif du Vercors, dans le parc régional du même nom, sur la commune de Saint-Nizier du Moucherotte Une fière allure que ces sucettes de calcaire défiant le ciel. Une tectonique facétieuse (pas la danse, on est d’accord !) et une érosion laborieuse ont érigé au rang de statues ces strates secondaires en les redressant à la limite du raisonnable !! Inutile de vous dire que ces rochers ont alimenté les croyances et de nombreuses légendes déclineront leurs formations et origines.  ainsi, étaient elles connues sous le nom de ’dents de Gargantua’ selon une autre source, il s’agirait également des trois filles du Seigneur de Naves transformées en pierre par Charlemagne ( il ferait mieux d’inventer l’école, sacré ....) Mais la version la plus commune reste la suivante : Jadis trois jeunes filles, jeunes, belles, provocantes et insouciantes se promenèrent loin du village. Elles devinrent des proies faciles pour des mécréants passant par là, elles coururent au village implorer la protection de saint Nizier ;
aussitôt elles furent changées en trois blocs énormes et la terre s’ouvrit pour engloutir leurs persécuteurs.

JPEG - 95 ko

 Alors vous choisirez, mais pour la petite histoire, comme les 3 mousquetaires, les 3 Pucelles sont quatre : la Pucelle de st-Nizier , la Grande Pucelle, la dent Gérard et le couteau.Parions que les « 4 seigneurs » sur les balcons de Belledone avaient flairé le bon coup !!! Rendues célèbre par un retentissant concours de saut à skis en février 1968, elles restent à ce jour le paradis des grimpeurs et accessoirement celui des photographes !!!! Place à l’image !!! commençons par une petite promenade au fil des saisons  le Printemps dernières brumes matinales

JPEG - 57.8 ko

 les Cytises sont parmi mes premières fleurs

JPEG - 148.8 ko

 l’été, deux mondes s’observent.

JPEG - 114 ko

 plus rares en été, quelques jolies mer de nuage au niveau fluctuant

JPEG - 60.7 ko

 Chartreuse se sent épiée

JPEG - 84.4 ko

 attention, l’eau monte

JPEG - 48 ko

 Coulée !!

JPEG - 50.2 ko

 le fameux couteau tel un périscope

JPEG - 55.4 ko

 enfin, elles refont surface

JPEG - 95 ko

 l’Automne les couleurs feu leur donnent encore plus de grâce

JPEG - 122.5 ko

 si en plus quelques nuages s’en mêlent .....

JPEG - 55.4 ko

 et que dire de ces cirrus transcendés par le polarisant

JPEG - 60.2 ko

 le vent peigne les nuages

JPEG - 77.2 ko

 Chouette, revoilà les mers de nuages

JPEG - 44.4 ko

 l’Hiver, certainement la saison la plus photogénique en montagne !! aperçues depuis la Molière !

JPEG - 75.8 ko

 En passant sous les trois grâces, Jean Philippe en prend plein les yeux.ce jour là, un enneigement exceptionnel lui a permis de rallier Grenoble au sommet du Moucherotte à skis de rando !!!

JPEG - 69 ko

 petite mer de nuage au lever du jour à ’la bonne hauteur’

JPEG - 60.5 ko

 elle finira par se dissiper doucement libérant la ville de sa chape de coton

JPEG - 68.7 ko

 encore un petit matin comme je les aime

JPEG - 51.6 ko

 à raz les cailloux !!

JPEG - 52.8 ko

 Coté Molière Saint-Nizier sous les fameux rochers

JPEG - 66.9 ko

 Vues d’en bas, elles en imposent ( ce n’est pas un fémur de Tricératops, mais un faillard, désolé !!!)

JPEG - 37.8 ko

 Un épicéa bien curieux a repéré les 3 Belles

JPEG - 77.1 ko

 derniers rayons 

JPEG - 30.8 ko

 et pour finir, les tous premiers rayons de 2008 pour les géantes de Calcaire

JPEG - 40 ko

 deux images de nuit la ville, un chaudron, la montagne, son couvercle

JPEG - 57 ko

 une fine couche de stratus tamise les lumières de Saint-Nizier du Moucherotte

JPEG - 55.7 ko

 la lune veille sur la tranquillité de ces 3 jeunes insouciantes son versant Est ! une bulle de savon ?

JPEG - 76.8 ko

 son versant Sud, un fin croissant. 

JPEG - 64.1 ko

 sa face Ouest, elle finira bien par se retrouver coincée !!!

JPEG - 77.4 ko

 un coucher de lune, un lever de l’autre (le soleil) !!

JPEG - 44.5 ko

 enfin deux images qui méritaient un meilleur matériel mais que je vous propose malgré tout un grimpeur dans les dernières longueurs sous la lune

JPEG - 79.9 ko

 le même grimpeur love son rappel sous l’astre un peu plus tard.

JPEG - 39.7 ko

 enfin pour finir, quelques ambiances comme je les aime le fantôme des 3 Pucelles, fils du soleil et des nuages

JPEG - 29.5 ko

 l’ombre portée des 3 belles

JPEG - 19.3 ko

 Tiens, il en manque une !!! Chut, elle dort !!! 

JPEG - 25.1 ko

 et pour finir une de mes favorites faites avec un petit compact !!

JPEG - 62.1 ko

 Visite courtoise de nos amis secouristes au chevet des 3 Pucelles

JPEG - 84.2 ko

 j’espère que cette balade vous aura plu et que vous aurez , désormais, un regard plus attentif sur ces 3 Belles. Bon Weekend

Givrés.

Bonjour Deux très vieux clichés paléolithiques pour introduire le sujet du jour : 

JPEG - 108.3 ko
JPEG - 111 ko

Et comme le disait si bien, nos velus ancêtres : Auguste - Waou, On se les gèle mais boudiou que c’est beau !!!! Alphonse - Tu nous gaves avec tes photos, dépêches toi d’inventer le feu !!!! Alors, je vous invite à chausser gants et bonnets, et aller chercher le détail que les températures négatives nous offrent. Qu’ils soient, cristallisés, pétalisés (ne cherchez pas, ce n’est pas encore Laroussisé, Robert n’ayant pas voulu !) gutturaux, opaques, hyalins, fille et fils du vent, du froid et de l’humidité, la glace et le givre nous réservent de fascinantes et surprenantes perspectives photographiques. Alors en voiture  !!! 

JPEG - 74.1 ko

 le contexte météorologique idéal : froid, tres froid, un banc de stratus se tassant en vallée et libérant ses proies végétales, et un grand bleu glacial au dessus pour figer l’instant

JPEG - 99.5 ko

peu à peu les stratus se dissolvent et tout n’est plus que Givre

JPEG - 86.4 ko

le vent hurlant a transporté la neige qui s’accroche à tout ce qu’elle peut.

JPEG - 42.3 ko

et nous rapporte le sens de la bise ! Tiens au fait le vent vient de la droite ou de la gauche ???? Réponse en fin d’édito !

JPEG - 70.8 ko

 Ce piquet, le moindre brin d’herbe est une bouée pour la neige transportée. Sous l’œil amusé de l’Olan.

JPEG - 72.6 ko

une brindille

JPEG - 73.6 ko
JPEG - 124.4 ko

 quelques malheureux lichens sur un mur

JPEG - 108.2 ko

le moindre caillou est un support où s’accrochent désespérément quelques caractéristiques sapins de givre

JPEG - 38.6 ko

 après le sapin, la plume de givre. fabuleux montage cristallographique !!

JPEG - 64.9 ko

dernière valse pour ce rameau d’ érable sycomore

JPEG - 159.7 ko

si le vent ne s’en mêle pas, le résultat est plus homogène et tout le monde a le droit à son petit saupoudrage

JPEG - 63.3 ko

redistribution de la couleur !

JPEG - 89.5 ko

exit le monde végétal ! Place au monde minéral

JPEG - 41.8 ko

 un gradient de température important et les fameuses métamorphoses thermodynamiques opérent

JPEG - 58.2 ko

 dans un dernier sursaut, la feuille semble vouloir se protéger de cet ennemi invisible.

JPEG - 49.4 ko

c’est une autre planète

JPEG - 51.3 ko

ne cherchez plus la couleur, elle a fui définitivement

JPEG - 63.1 ko

ah, le vert résiste !!

JPEG - 99.1 ko

les dessous de la fougère

JPEG - 152.9 ko

des étoiles d’aragonite au fond d’un ruisseau

JPEG - 70.5 ko

maquillage plus discret sur ces jolies baies.

JPEG - 77.4 ko

petits cristaux tabulaires

JPEG - 62.6 ko

chêne au gros sel de Guérande

JPEG - 66.7 ko

rameau glacé

JPEG - 69.9 ko

chatons surpris

JPEG - 51.1 ko

mimétisme

JPEG - 98.6 ko

attention : Piquants !!!

JPEG - 115.1 ko

quand je vous dis que tout y a droit !

JPEG - 103 ko

la fonte et le regel amène à une nouvelle géométrie. les angles opaques laissent la place à de doux arrondis cristallins

JPEG - 85.1 ko

s’il y a glace mâle et glace femelle, assurément nous sommes en présence d’un monsieur !!

JPEG - 52.6 ko

neige, refonte, et nouvelle étreinte glacée par vent violent

JPEG - 60.2 ko

une étoile dans un piège de cristal

JPEG - 77.9 ko

Tyrannosaurus caillus glaglatus

JPEG - 36.2 ko

le non moins fameux flamant des neiges

JPEG - 30.5 ko

et l’arbre qui voulait marcher avec les hommes. Jean René est caché dans cette image. l’avez vous trouvé ? Et bien voilà, je vais aller faire un bon feu pour me réchauffer, je ne sens plus mes doigts.

JPEG - 53.2 ko

 Bonne semaine

alain PS : le sens du vent ?  à l’inverse du drapeau, le vent vient de la gauche. Surprenant, non ?

Le Plateau d’ Emparis

L’hiver ne lâchant prise, je vous propose d’aller glaner quelques degrés dans le fin fond de l’Oisans Chauve, plus précisément du coté du superbe plateau d’Emparis. Nous pourrions le définir comme étant un merveilleux balcon fleuri avec vue imprenable sur les Géants des Ecrins. Coincé entre Romanche, Grandes Rousses et pays d’Arves, ce plateau d’altitude (2100 – 2450 m) est un joyau pour la randonnée familiale, sportive ou contemplative. Nous serons clients de ce troisième groupe et vous convie à cet effet à une petite promenade estivale sur ses généreuses pâtures d’alpages. 

JPEG - 198 ko

Si vous aimez les fleurs, vous ne serez pas déçus, fin juin et début juillet, trôles, gentianes, joubarbes, edelweiss, …, se disputent la vedette. Vous avez bien sûr reconnu Seb !!

JPEG - 27.3 ko

Quelques chalets d’alpages ainsi que deux refuges accessibles par une piste olé-olé côté Besse en Oisans et plutôt Craignos coté Mizoen !

JPEG - 50.4 ko

 plein nord, le refuge du Rif-Tor et les belles Aiguilles d’Arves toutes de schistes vêtues. EDF avait à une époque des intentions ’électriques’ sur ce secteur. 

JPEG - 44.3 ko

 Détail de ces masses métamorphiques 

JPEG - 102.4 ko

 Versant Est, au dessus de Besses en Oisans et sous la vigilance des Grandes Rousses, le petit hameau de Bonnefin, et ses belles terrasses, témoignage d’un temps pas si lointain que ça, où chaque mêtre carré était âprement et laborieusement disputé à la pente. Le foin et le fourrage pour les animaux était alors une richesse vitale. 

JPEG - 42.8 ko

 toujours plein nord, le Pic du Mas de la Grave et ses 3020 m cerné par deux jolis cumulus de bande dessinée 

JPEG - 46 ko

 balade digestive au soir tombant coté Goléon 

JPEG - 56.1 ko

 Col du Souchet (2300m). Le plateau devient centre de vacances et d’oxygénation pour plusieurs milliers de moutons, de vaches et de chèvres. Ce qui n’a d’ailleurs pas laissé les vautours insensibles à cette aubaine. Il n’est pas rare en effet d’en voir quelques uns venus du Vercors ou des Barronnies, planer au dessus de ce royal garde-manger. 

JPEG - 92.7 ko

 Dis donc mon garçon, tu n’as pas l’impression de faire la sieste dans mon séjour ???? 

JPEG - 107.1 ko

 Jacques, ses 3 chiens, ses 2000 brebis et 30 ans d’ Emparis. 

JPEG - 64.9 ko

 en fait, elles font un peu ce qu’elles veulent nos brebis et le coin du lac noir sous le grand pic de la Meije ne semble pas fait pour leur déplaire. 

JPEG - 93.3 ko

 sous les glaciers de Mont de Lans et le pic de la Grave, les chêvres aux longues cornes ont été infiltrées par un espion laineux. 

JPEG - 21.1 ko

 Un petit coup de tête dans une lune qui se veut téméraire ! 

JPEG - 86.1 ko

 Faut en vouloir pour vivre toute l’année à 2300 m. Madame la grenouille rousse prend le soleil au bord du lac Cristallin 

JPEG - 87.6 ko

 Bien entendu, un tel havre ne pouvait déplaire à nos amies les marmottes. 

JPEG - 77.3 ko

 La Flore y est particulièrement riche. Ici une ’tectonique’ anémone pulstatile sous le regard des géants de glace. 

JPEG - 100.5 ko

 Joubarbes au dessus du lac Lérié 

JPEG - 100 ko

 Pétard de couleurs sous le bleu de l’Oisans 

JPEG - 106.2 ko

 Un monde glaciaire et minéral tout proche vous rend tout petit 

JPEG - 79.1 ko

 Allons nous promener du coté des lacs, incontestablement ’joyaux alpins’ sous les glaciers des Ecrins. 

JPEG - 87 ko

 Le lac Noir et sa géologie riche et torturée bien connu des amateurs de jolis quartz. 

JPEG - 48.8 ko

 Difficile de tout faire rentrer dans un format classique, n’est pas Seb ? Une petite revue panoramique du coin sera nécessaire dans un futur édito. 

JPEG - 52.9 ko

 au soir tombant, le spectacle est encore plus magique. Toujours au milieu, celui-là !!!!! 

JPEG - 35.3 ko

 le matin, c’est sympa également !! 

JPEG - 47 ko

 Plus bas le lac Lérié où nous allons passer la nuit. 

JPEG - 47.3 ko

 Couleurs dorées du soir. 

JPEG - 47.6 ko

 de notre bivouac, lumière et couleurs crépusculaires 

JPEG - 61 ko

 Les glaciers de la Girose et du Mont de lans couleur caméléon. 

JPEG - 52 ko

La Reine de l’Oisans : la Meije et ses presque 4000 m 

JPEG - 41.4 ko

la nuit tombe sur la Belle et Vénus passe la tête par la brêche de la Meije 

JPEG - 46.2 ko

petit filé d’ étoile dans le ciel de Juillet 

JPEG - 51.4 ko

ciel étoilé et voie lactée sur le lac Lérié. Spectacle inoubliable. 

JPEG - 45.8 ko

peut-être, aurez vous le bonheur de surprendre le Seb-à-huibras et sa fameuse parade amoureuse. 

JPEG - 118.3 ko

Voilà, la visite se termine avec ce bel edelweiss en vous souhaitant d’aller vérifier par vous même à pied, en VTT, ou à dos d’ âne que ce plateau d’emparis est une petite merveille qu’il nous faut préserver pour nos enfants 

dimanche 6 mars 2011

Les Dolomites à vélo.

Un petit tour, une fois n’est pas coutume, hors de nos frontières mais nous restons malgré tout dans la massif Alpin. Direction l’Italie, plus précisément, la Vénétie du nord et le Trentin, dans ce superbe massif des Dolomites inscrit au patrimoine mondial de l’ UNESCO . Un petit retour en arrière, d’autant plus qu’il y a un peu d’Isère dans l’histoire de cette forteresse alpine :Déodat Dieudonné Sylvain Guy Tancrède Gratet de Dolomieu, est né le 23 juin 1750 au château des Gratet de Dolomieu (38). Le musée d’histoire naturel de Grenoble ainsi que l’institut de géologie portent son nom.En 1791, ce grand voyageur et Géologue décrira pour la première fois la fameuse Dolomie qu’il trouvera dans ce massif transalpin.Il publie dans le Journal de physique un article intitulé « Sur un genre de pierres calcaires très peu effervescente avec les acides et phosphorescentes par la collision » et envoie ses échantillons à de Saussure, grand géologue Suisse, pour analyse qui tranche en faveur du nom de dolomie , en hommage à son inventeur en mars 1792. Le nom de « Dolomites » sera ensuite donné vers 1876 à la région des Alpes italiennes ( merci Wikipédia !!!) La dolomie est une roche sédimentaire carbonatée (triasique dans ce cas). On la retrouve dans nombreux endroits en France, comme aux Baux de Provence, le massif de la Sainte Baume ou encore les chaos de Montpellier le vieux sur le Larzac et bien sûr plus prés de chez nous, à la fameuse Pierre Percée sur le plateau Matheysin (une des 7 merveilles du Dauphiné mais loin derrière le Mont-Aiguille !!!). Les présentations étant faites, nous partons en juin 2006 avec le copains de l’ASPTT Grenoble, pour quatre jours par monts et par vaux, découvrir cette montage unique (où naquirent les Vias Ferratas) par le moyen de transport le plus noble après le cheval dirons nous : le vélo !!! Attention, ça va faire mal aux mollets !!! Et, Tout à gauche, c’est parti ...................... 

JPEG - 25.2 ko

Juin est certainement le mois idéal pour découvrir ce pays à vélo même si la météo a été relativement délicate avec nous. 

JPEG - 19.3 ko

une des difficultés du jour : le Passo Rolle où la neige nous surprendra !!! 

JPEG - 21.6 ko

très belle lumière sur la Cimon della Pella (3184 m) 

JPEG - 16.2 ko

la route redescend sur la station de San Martino au pied de ’pale de San Martino’. Lumière métallique à souhaits ! 

JPEG - 60.9 ko

Derrière nous s’éloignent le massif de Vezanna dans un ciel toujours tés chargé 

JPEG - 87.9 ko

La pluie n’est plus très loin. Ne se croirait on pas au pied du Pas Ernadant coté Barrière orientale du Vercors (appelée à juste titre Dolomites Françaises) ???? 

JPEG - 107.3 ko

La lune me met fait un petit clin d’oeil avant que ne tombe la nuit sur la Forteresse du Monte Civetta 

JPEG - 38.6 ko

en montant à la fraiche au Paso del Fazarego, une silhouette médiévale dans la brume. 

JPEG - 32 ko

le petite ville d’ Allegue où nous résidions ces 3 nuits se reveille. Humidité au max !!!! 

JPEG - 61.2 ko

la flèche du clocher de Canazei semble nous indiquer les fabuleuses aiguilles de Lungo 

JPEG - 78.3 ko

la montée au Paso di Sella est un vrai enchantement d’autant que la météo se mettait dans notre camp 

JPEG - 82.4 ko

Un casse-cro^te inoubliable au pied de ces monstres dolomitiques 

JPEG - 98.6 ko

 Les pentes du Pordoî font danser l’ami Patrick dans un cadre extraordinaire !! 

JPEG - 76.3 ko

à chaque détour d’une combe, d’un virage, une nouvelle claque. 

JPEG - 67 ko

après la paso di Falzarego, Cortina d’Ampezzo, direction les redoutables ’Tre Cime di Lavaredo’ 

JPEG - 60.3 ko

la Croda Rossa se démarque par sa belle couleur rouge. 

JPEG - 65.9 ko

aller, Jean Phi, c’est par la haut que l’on va. La météo est grincheuse 

JPEG - 75 ko

petit passage à plat pour souffler mais le ciel est de plus en plus menaçant 

JPEG - 75.8 ko

Impressionnante silhouette dans la grisaille 

JPEG - 59.3 ko

 encore un sommet incroyable sur la gauche en montant. la route qui monte au tre cime du Lavaredo est un vrai mur !!!!! 

JPEG - 59.8 ko

Le soleil arrive à percer du coté des aiguilles de Cadini 

JPEG - 97.3 ko

le refuge di Lavaredo à 2333 m sera notre délivrance. 

JPEG - 71.5 ko

Passage au col Sant Angelo où le ciel devient de plus en plus menaçant 

JPEG - 67.1 ko

et quand il n’y en a plus, il y en a encore : Montée au passio di Guio. Relax le père Philippe 

JPEG - 75.9 ko

Tout en souplesse, la pente ne semble pas affecter l’ ami Pascal au cœur de la reserve nationale du Monte Pelvo 

JPEG - 78.1 ko

Le métronomique Jean Philippe va accrocher le passo di Guio à son palmares 

JPEG - 43.8 ko

en redescendant du paso di Guio, le clocher de Seva di Cadore sous la massive silhouette du Monte Pelvo 

JPEG - 48.9 ko

Fin d’une mémorable journée haute en paysages sublimes et en mollets douloureux. le Mont Pelvo mous salue une dernière fois 

Le Baconnet en panoramiques.

aujourd’hui, direction Sud Isère et son charmeur Trièves. je vous propose d’aller faire une petite visite à cette ligne de crêtes, Balcon du Vercors sur le Trièves. une altitude, somme toute modeste mais des ambiances dantesques quand le vent du nord entre dans la danse. Si vous ne croyez pas que le bout du monde existe, vous vous trompez, je l’ai tutoyé ..... une petite série d’images faites l’hiver dernier à l’occasion de 4 sorties différentes. Mettez vos bonnets et vos gants : C’est parti !!

JPEG - 67.6 ko

et à tout seigneur, tout honneur !! je ne vous ferai pas l’affront de vous le nommer.

JPEG - 113.4 ko

avec un peu de recul, il est toujours aussi impressionnant.

JPEG - 44.5 ko

ce jour là, Pascal sera mon compagnon de caillante

JPEG - 17.3 ko

des conditions idéales, nous sommes à l’interface du blanc et du bleu

JPEG - 35.5 ko

pas chaud, mais que c’est beau !

JPEG - 17.8 ko

visibilité moyenne !!!!!

JPEG - 16 ko

langue de glace

JPEG - 30.5 ko

les corniches sont menaçantes mais tellement grisantes. petite série entre gris et bleu

JPEG - 47 ko

 3 images avec le petit homme

JPEG - 31.1 ko

tiens, voilà de la couleur

JPEG - 36.9 ko

mais oui, c’est bien le ciel !!une petite sortie avec Seb

JPEG - 35.5 ko

 et toujours ces dégueulantes de glace et de neige face au Dévoluy

JPEG - 24.9 ko

un profil félin pour celle-ci

JPEG - 51.5 ko

au secours, un ciel désespérément vide coté deux sœurs et grande Moucherollece 2 janvier, j’ai eu le plaisir de faire découvrir à Loic ce Trièves secret

JPEG - 60.2 ko

un spot inégalable !!!

JPEG - 39.1 ko

mélèzes et épicéas conjugent formes et nuances

JPEG - 41.7 ko

la vague

JPEG - 56.9 ko

la surpise, et pour eux et pour nous

JPEG - 61.7 ko

10 petites secondes d’une rare densité !

JPEG - 45.4 ko

en se retournant, les chocards nous surveillent. Retour en Mars par conditions sibériennes avec Jean-René

JPEG - 26.7 ko

le vent hurle et mes doigts pleurent

JPEG - 26.7 ko

tiens, ce n’est donc pas du noir et blanc !

JPEG - 20.1 ko

Ambiance !!!

JPEG - 19.5 ko

Quand je vous dis que j’ai vu le bout du monde !

JPEG - 28.2 ko

le bleu finira également par prendre le dessus

JPEG - 51 ko

vagues à lames ;-))) et pour finir, quelques prises verticales issues de ces 4 compagnonnades

JPEG - 75.4 ko

qui s’y frotte ....

JPEG - 93.1 ko

lignes douces et couleurs tranchées.

JPEG - 75 ko

la trace

JPEG - 16.4 ko

Attention, Jean René !!

JPEG - 18 ko

l’appel du vide

JPEG - 16.8 ko

je me demande si sur Uranus, c’est plus dépaysant !!

JPEG - 31.1 ko

et pour finir cette prise d’air, le coucou de mon petit bonhomme qui fera un jour l’objet d’un édito, mais ceci est une autre histoire ..... 

l’ Arc en Ciel

Je vous invite à une petite promenade colorée en l’honneur du mariage du soleil et de la pluie.Un phénomène météorologique bien connu et apprécié par les petits et les grands : l’arc en ciel. Je ne saurais en aucun cas capable de rentrer dans une démonstration technique de haut vol, je vous propose cependant certaines observations faites ces dernières années dans notre belle région . Lorsque passe le Soleil à travers les gouttes d’eau agissant comme des prismes, la lumière se décompose en de jolies couleurs : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. La lumière blanche est réfractée et chacune des couleurs est déviée suivant un angle différent, si bien que pour un angle précis apparaissent chacune des couleurs sous la forme de l’arc bien connu. Celui-ci a un rayon d’environ 42 degrés. Il faut donc en plus de ces ingrédients principaux que certaines conditions soient réunies : Il faut être placé entre le soleil et la pluie, que celle-ci soit atteinte par les rayons, que le soleil ne soit pas trop haut au dessus de l’horizon, sachant que plus il sera bas et plus l’arc sera haut et inversement, plus le soleil sera haut, et plus l’arc sera plat, ainsi au dessus de 42 °, le phénomène n’est plus visible. La taille, le type des gouttes ont aussi leur importance. Plus la goutte est grosse (averse orageuse, ou giboulée de Mars), meilleure sera la diffraction et plus la dispersion de la lumière sera efficace, l’arc résultant sera donc net et très coloré. Par contre dans des conditions de bruine ou un crachin, l’arc sera plus pâlichon et biens moins concis.La goutte d’eau est très personnelle et ne partage pas ses qualités « optiques » avec le flocon de neige, donc neige plus soleil ne donneront pas la fameuse écharpe irisée. La pluie n’est pas fidèle et parfois taquine également la lune et dans de rares conditions de pleine lune, il peut y avoir formations d’arc-en-ciel. Ces arcs seront plutôt blafards avec un bord rouge pâle ! Lorsque les conditions sont particulièrement bonnes, on peut constater un arc secondaire, voir tertiaire. Entre le premier et le deuxième arc-en-ciel, la bande de ciel apparaît plus sombre. Ce phénomène, appelé « bande d’Alexandre » en l’honneur d’ Alexandre d’Aphrodise qui la décrivit le premier, est du à un déficit de lumière. L’arc secondaire est toujours plus pâle que le primaire, il est du à la double réflexion de la lumière du soleil à l’intérieur des gouttes de pluie et apparaît sous un angle de 50-53° dans la direction opposée au Soleil. Ainsi les couleurs de l’arc secondaire sont inversées par rapport à celles de l’arc primaire. Vous vous en doutez, une telle manifestation céleste ne passe pas inaperçue et toutes les mythologies s’en sont régalées. En ce qui me concerne, n’étant pas suffisamment mystique, et convaincu que je ne parviendrai jamais à passer sous l’un d’entre eux, je ne désespère pas un jour d’avoir la chance d’en photographier un par la tranche !!! Place aux images : Les Dombes. Janvier 2003. Un soleil très bas donne un arc très haut. la plaine amplifiants l’impression de dôme. 

JPEG - 46.4 ko

 un second au pied des 3 Pucelles un fameux 11 Septembre 2005 

JPEG - 94 ko

 une autre vision de ce bout d’arc perçant la pénombre sous l’orage le 27 avril 2007

JPEG - 51.7 ko

 deux images faites plus tôt dans la soirée, soleil plus haut, donc arc plus plat !!! le 24 février 2007 au dessus des bois de Vouillant

JPEG - 54.2 ko

 ou encore le 29 mars 2006 au dessus de Grenoble. la netteté des franges de couleurs et la force de la couleur signifie qu’il s’agit là de bonnes grosses gouttes musclées !! 

JPEG - 45.4 ko

 le même arc-en-ciel un peu plus tard. les trombes de pluies sont bien visibles sur cette image

JPEG - 55.3 ko

 un double arc-en-ciel au dessus de la Tour sans Venin le 27 mai 2005. la bande d’Alexandre, zone plus sombre entres les deux arcs est bien visible, ainsi que l’inversion des couleurs sur l’arc secondaires. ce genre d’images, vous vous en doutez est le résultat de la combinaison de plusieurs images en mode panoramique (ici 6 images verticales)

JPEG - 55.9 ko

 je continue par une petite série où nuages et pluies ont comblé de joie mon capteur ! le 15 Mai 2007, le Néron voit le jour. Pas, la Bastille !

JPEG - 57.7 ko

 3 images faites le 26 Mai et le 26 Aout 2007 où un arc bas souligne de superbes trombes de pluie au dessus de Venon.

JPEG - 61.3 ko

 

JPEG - 55.6 ko

 

JPEG - 40.9 ko

 deux images de précipitations sur Grenoble le 09 et 20 Avril 2007. des nuages et des trombes d’eau très photogéniques !

JPEG - 44.3 ko

 

JPEG - 62.3 ko

 le 04 juillet 2006, le soleil semble peigner les couleurs au dessus de la Bastille

JPEG - 49.6 ko

 le 10 Juin 2009 au dessus du Conest, un bout d’Arc quasi vertical

JPEG - 22.2 ko

 trombes d’eau pour l’Alpe du Grand-Serre et couleurs pour le plateau de Tavernolles un 26 avril 2009 !

JPEG - 47.4 ko

 le 10 Juillet 2005. Parfois à trop vouloir narguer les reliefs, il arrive qu’il s’accroche bêtement aux branches !

JPEG - 107.7 ko

 une image surprenante : un éclair a la lumineuse idée de passer sous l’arche ! 

JPEG - 36.2 ko

 Voilà, j’espère que cette petite série vous permettra de regarder un peu différemment cette belle écharpe céleste et je terminerai avec cette vieille diapo scannée prise il y a 20 ans au col de la Madeleine, lors d’une mémorable sortie minéraux, où nous avons eu droit juste après cette image à un colossale orage comme j’en ai rarement eu l’occasion d’en revivre. 

JPEG - 43.9 ko

 n’hésitez pas à me faire remonter vos remarques et : Bon Week-end !!! 

Au rythme des brebis.

Bonjour, Une petite promenade dans le Trièves au rythme des brebis, ça vous tente ?J’ai eu la chance et la plaisir d’accompagner Eric et son troupeau de 250 bêtes lors de la montée à l’alpage au printemps et assister également à leur retour, aux portes de l’automne. Un moment privilégié et un bien joli partage pour des weekends pas comme les autres. Alors sans plus attendre, quelques images faites au printemps 2008. une météo pour le moins capricieuse mais qu’importe, d’un pas lent mais décidé, la petite troupe se met en route au beau pays du Mont-Aiguille. 

JPEG - 200.2 ko

 en passant devant la petite chapelle de Trésannes 

JPEG - 120.3 ko

 et hop !!!! 

JPEG - 194.3 ko

 poussez pas derrière !!

JPEG - 217.5 ko

 un bivouac au col de Papavet quelque peu humide

JPEG - 113.2 ko

 Repos pour les bêtes, feu de bois, casse-croute et bon vin, franche rigolade pour les accompagnateurs, la météo n’avait plus d’importance la pluie ne nous mouillait plus !! des moments forts

JPEG - 200.5 ko

 le lendemain, la petite troupe se remet en marche

JPEG - 167.4 ko

 il faut savoir pousser derrière et retenir devant !!

JPEG - 166.3 ko

 sous l’oeil étonné des cousines à cornes

JPEG - 113.9 ko

 passé le col de l’allimas en regardant coté Gresse sous la protection des deux Soeurs

JPEG - 76.4 ko

 ravitaillement en vol

JPEG - 104.6 ko

 on touche au but. deux jours de marche pour ces 250 brebis pour un été en alpage

JPEG - 126 ko

 mais également pour la joyeuse troupe pour qui la rando, les caillettes du Trièves, la polente à Gilles, et le petit vin justifieront une grosse sieste

JPEG - 179.3 ko

 le retour, fin septembre se fait dans la journée, les bêtes étant plus vaillantes. quelques images de 2007 et 2008 avec des conditions météo plus sympas. petit matin au col des Deux, sous la vigilance de la barrière orientale du Vercors

JPEG - 72.7 ko

 un grand jour pour les patous et le chien de berger

JPEG - 111.1 ko

 les bêtes fument au petit matin

JPEG - 107.6 ko

 même pas peur

JPEG - 96.3 ko

 le soleil, enfin

JPEG - 112.1 ko

 suivez le guide

JPEG - 94.5 ko

 attention : virage !!

JPEG - 136.1 ko

 nous revoilà sous le Mont-Aiguille

JPEG - 84.7 ko

 Peyre rouge et les Rochers du Parquet

JPEG - 85.9 ko

 sous le col de Pellas

JPEG - 100.8 ko

 Eric et son troupeau dans un des plus beaux tableaux des Alpes

JPEG - 75.4 ko

 petite pause réparatrice pour tous au Papavet

JPEG - 157.3 ko

 plusieurs générations, quelques instants volés de bonheur simple.

JPEG - 92 ko

 

JPEG - 87.5 ko

 C’est reparti. L’automne est définitivement installé

JPEG - 142.2 ko

 Passage au col de Papavet sous l’étroit profil du Mont-Aiguille

JPEG - 79 ko

 petit coucou à la chapelle de Trézannes

JPEG - 79.8 ko

 toujours la même galère ces retours de congés, ça bouchonne !!!

JPEG - 116.8 ko

 Donnière : fin du voyage sous la face sud du Mont-Aiguille

JPEG - 79.2 ko

 merci Messieurs

JPEG - 176.4 ko

 Voilà, j’espère que cette promenade dans le Trièves vous aura plu. Je regrette de ne pas avoir su vous faire profiter du son mélodieux et persistant des sonailles. Merci à Eric et à sa petite famille, ses amis qui formaient cette troupe joyeuse et attentive et ces précieux moments qu’ils m’ont permis de vivre en leur compagnie.

0 | 15