En mars dernier, Marc Baïetto, président de la Métro, accompagné des représentants du SMTC et de la CCMV, a présenté en conférence de presse le projet d’implantation d’une télécabine reliant l’agglomération grenobloise au plateau du Vercors. Un câble de 10 km de long au départ de Fontaine, dont l’arrivée serait prévue à Lans-en-Vercors. L’objectif annoncé est fin 2014… C’est-à-dire demain.

La Métro s’ouvre sur la montagne

Marc Baïetto - Grenoble Alpes MétropoleL’agglomération de Grenoble s’ouvre sur la montagne. Cette idée était déjà étudiée dans le cadre de la candidature de Grenoble pour l’organisation des Jeux Olympiques de 2018. Cette dernière recalée, le dossier est retourné dans les cartons… Provisoirement cette fois-ci, puisque Marc Baïetto l’a remis à l’ordre du jour pour “peut être demain” concrétiser ce qui était resté si longtemps de l’ordre du concept. Alors pourquoi cette motivation et cet engagement sans délai ? “Pour établir un lien réel entre ville et montagne, trop longtemps négligé. On ne peut pas dire que l’atout de la ville de Grenoble est la montagne et lui tourner le dos. Le transport par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors est une façon de manifester ce lien, de créer une solidarité entre le territoire et les hommes”. Parmi les trois massifs symbolisant les “poumons verts” du bassin grenoblois, le Vercors est une destination privilégiée des urbains, et ce, toutes saisons confondues. De plus, cette liaison n’est pas uniquement touristique, car un grand nombre d’habitants du plateau font le trajet quotidiennement pour rejoindre leur lieu de travail. Lien territorial, lien économique donc, mais aussi lien novateur dans le domaine du transport public. Le câble a toujours été considéré en France comme un outil uniquement lié aux loisirs, jamais encore en tant que transport à part entière. Pour la Métro, le projet s’inscrit qui plus est dans la réalisation d’une agglomération “postcarbone”, dont les trois grandes priorités sont solidarité, nature et innovation. Pour le Parc qui prône par essence un tourisme vert, ce moyen de transport est en parfait accord avec l’esprit de développement durable appliqué dans sa politique. En termes de gouvernance, une convention entre la Métro et la Communauté de Communes du Vercors doit être établie. Pour la suite, une délégation de service public confiera l’implantation et l’exploitation du téléporté à un partenaire privé.

“Dans le sens du progrès…”

Gabriel Tatin - Magali RougyGabriel Tatin, premier vice-président du PNRV, maire d’Autrans et membre de la commission urbanisme, paysage et déplacements doux de la CCMV, voit le projet du téléphérique entre Grenoble et le Vercors comme une “opportunité identique à celle des Jeux Olympiques de 68”. C’est en effet pour l’organisation de cet événement majeur que les deux routes reliant Grenoble au plateau avaient été améliorées et rendues largement plus praticables pour l’afflux du public. De son point de vue, cette troisième voie, de loin la moins polluante, va dans le sens du progrès tout en perpétuant la tradition touristique des Quatre Montagnes. Il y eut le tramway, l’amélioration des axes routiers, le développement du transport par car et récemment les balbutiements du covoiturage pour les pendulaires… À l’heure du développement de l’itinérance douce orchestré par le Parc, ce projet reliant Fontaine à Lans-en-Vercors par câble s’inscrit donc résolument dans la veine d’une montagne accessible et ouverte. De même, contribuera-t-il au maintien de sa vitalité économique. La mise en route de ce projet suscitera de nouveaux débats pour les représentants publics. À n’en pas douter, ils seront riches, notamment pour la réadaptation et l’amélioration du transport “intra-muros” assurant le déplacement des habitants comme celui des touristes. Enfin, ce projet devra encourager le partenariat public-privé car les dynamismes et savoir-faire respectifs y seront indéniablement engagés.

Qu’en pense-t-on en Mairie de Sassenage ?

Christian Coigné - Michelle PetrizelliChristian Coigné, aux commandes de la ville depuis 2001, se félicite de l’avènement de ce projet. Là encore, il était vivement attendu. Par les Sassenageois prioritairement, pour qui les engorgements des heures de pointe ou des fins de journées de ski représentent un réel désagrément. Le trafic s’en verra partiellement allégé grâce à la télécabine dont l’implantation de la gare, prévue sur Fontaine, s’inscrit d’ores et déjà dans le projet d’aménagement des “Portes du Vercors” mené conjointement entre ces deux communes. Sassenage fait partie de la Métro comme du PNRV ; à ce titre, elle accorde une priorité particulière au développement et à l’amélioration du transport comme au lien entre ces territoires qui font son identité. Riche d’un patrimoine historique et touristique que la ville de Sassenage souhaite mettre en valeur, la municipalité accorde une grande confiance et un accueil très favorable à la réalisation de ce projet.

JPEG - 24.2 ko

Extrait du Journal du Parc n°63 - Juillet 2012