Suite aux interrogations de certains habitants du parc, il nous a semblé important d’apporter quelques précisions concernant les incidences du Wifi sur la santé, même s’il nous est impossible à l’heure actuelle de conclure sur cette question.

le Wifi et les autres ondes électromagnétiques

Avant de montrer du doigt le Wifi comme LA technologie nocive pour notre santé, réfléchissons à tous les autres rayonnements qui nous entourent. En effet, depuis plus de 50 ans, nous baignons dans une « soupe d’ondes » électromagnétiques créées par l’homme. Le Wifi s’y rajoute et il convient de le prendre en compte.

La contribution d’un équipement à cette soupe électromagnétique doit être envisagée sous plusieurs aspects : puissance de rayonnement, distance à la source et fréquence d’exposition. Ainsi un appareil qui émet fort, que l’on colle à soi et que l’on utilise à longueur de journée produira des effets sensibles que l’on pourra limiter en réduisant le temps d’exposition, la puissance, ou en s’éloignant.

D’autres équipements sont source de rayonnement électromagnétique : plaques de cuisson à induction, ampoules basse consommation, lignes haute-tension, babyphone, téléviseur…

le cas particulier des réseaux alternatifs du parc

Dans le but de désenclaver certaines zones de son territoire, le Parc du Vercors a installé à partir de 2004 des réseaux alternatifs basés sur la technologie Wifi. Ces réseaux ont été conçus dans le respect des normes. La plupart des antennes de collecte sont implantées en hauteur et à bonne distance des zones denses d’habitation, ce qui limite considérablement l’impact sur la santé (la puissance décroissant avec le carré de la distance).

Quant aux équipements Wifi des abonnés, la distance qui sépare ces derniers des relais nécessite leur installation en extérieur. Ils sont ensuite reliés à l’ordinateur par un câble réseau. Aussi le rayonnement à l’intérieur de la maison est-il plus faible que chez les clients des opérateurs privés équipés de Box Wifi (LiveBox, FreeBox…).

Il nous est impossible d’affirmer l’innocuité de ces réseaux, néanmoins nous pouvons assurer que leur apport à l’environnement électromagnétique reste aussi faible que possible. Ils permettent aujourd’hui de désenclaver notre territoire et seront sans doute remplacés demain par des technologies filaires (fibre optique, ADSL…).

pour en savoir plus : Yann Buthion, chargé des technologies d’information et de communication, 04 76 94 38 26


Portfolio