Martin Tores
Martin Tores

Les bières, comme le vin, ressemblent à ceux qui les fabriquent. À Villard-de-Lans, les mousses ambrées, dorées, blanches et rousses de Martin Torès nous mettent l’eau (du Vercors) à la bouche et révèlent le caractère d’un jeune brasseur indépendant qui partage avec passion ce que la nature a de meilleur !

Enfin des bières 100 % Vercors ! Brassées avec l’eau du pays, un peu dure certes mais captant joliment les goûts et les tanins, celles de Martin Torès en ont surpris plus d’un : blonde au chanvre, dorée, ambrée, rousse amère, noire goûteuse, blanche épicée et sa petite dernière, une légère de saison à la menthe sauvage et à la reine des près… Au total sept bières de garde et de caractère labellisées AB, ni filtrées ni pasteurisées et surtout brassées depuis un an… avec le talent et la patience de ceux qui ne souhaitent rien précipiter et découvrent, chaque jour, la passion d’un nouveau métier.

Une révélation pour Martin Torès, 31 ans, parti en Irlande pour décrocher un master en management et création d’entreprise et revenu avec le diplôme dans ses bagages et bien plus encore… Un joli projet qu’il a laissé mûrir, le temps qu’il faut car, à force d’essayer dans sa maison de pays, à Villard-de-Lans, des variétés de houblon, des dizaines d’ingrédients, cette fermentation haute et ses nouveaux brassins, le brasseur indépendant a fini par nous mettre l’eau à la bouche avec ses bières de garde. Inimitables !

Son secret de fabrique ?

“Je les laisse évoluer avec le temps, elles sont refermentées en bouteille” explique le jeune brasseur, qui a doublé sa petite production artisanale, passée en un an à 12 000 litres !

Toujours seul à la barre, l’artisan apprend et se régale, achète son grain, le concasse, brasse, effectue la mise en garde, embouteille et étiquette : “Je fais tout !”, sourit ce double actif qui concilie emploi à France Telecom et parcours de créateur-entrepreneur dont les démarches ont abouti avec l’obtention d’un prêt d’honneur par Royans Vercors Initiative !

De petits bonheurs en découvertes, il creuse son sillon. Cultive (en bio) son jardin secret de 2 000 m2 avec houblon, plantes aromatiques et baies qui réhausseront sa bière d’automne. Et prend aussi le temps de laisser germer d’autres idées… comme ce whisky local macéré en fût de chêne à partir d’une eau de vie distillée à base de ses bières de montagne !

Un nectar à découvrir à Noël, sa dernière recette… des gelées de bières !