Communication

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

On part à Die ... à bicyclette !

Tandis que le Vélo à Assistance Électrique (VAE) se développe en milieu urbain, il débarque aussi cet été dans le Diois, à la fois pour les touristes et pour les habitants, grâce à David Caqueret, créateur de la société À Bicyclette, à Die.

“Le vélo, mode de déplacement doux et non polluant, permet un contact direct avec la nature. Mais un relief trop accidenté dissuade les personnes peu sportives. Les Vélos à Assistance Électrique (VAE) rendent l’activité plus accessible en diminuant l’effort physique nécessaire. On a l’impression de pédaler sur du plat, même quand on est dans une côte raide ! Je souhaite développer cette activité en adéquation avec l’état d’esprit du Diois, où l’on respecte l’environnement dans lequel on vit”, expose David Caqueret.

David CaqueretOuverte le 1er juin, sa boutique, située dans le centre de Die, propose des VAE à deux types de clients : pour les touristes, une location à la journée ou la demi-journée, et pour les habitants, une formule à la semaine ou au mois. Des remorques, des sièges pour enfant et des pousseurs - c’est-à-dire des vélos pour enfant accrochés par une barre à celui des parents - sont fournis gratuitement. Le volet tourisme comporte des road books sur des circuits d’une quarantaine de kilomètres, ponctués de sites remarquables, d’activités à découvrir, et de producteurs ou artisans à rencontrer. Une façon originale de découvrir le Diois sans transpirer !

Pour les habitants, David Caqueret a concocté des tarifs très avantageux grâce à une aide de la Communauté de Communes : 15 € la semaine et 50 € le mois. “L’équivalent d’un plein d’essence. Mon but, c’est de faire changer les mentalités. Le VAE permet d’aller travailler sans voiture, et de décompresser au retour, ou bien de se rendre au marché de Die sans galérer pour se garer. Comme on pédale en silence, on voit souvent des animaux, qui ne nous entendent pas arriver.” Et David Caqueret, qui n’a pas le nez dans le guidon, a déjà d’autres projets en tête, comme des circuits de découverte du Vercors en VAE sur deux ou trois jours, avec arrivée et départ à la gare de Die. À suivre donc... à bicyclette !

A bicyclette, 18 rue de l’Armellerie 26150 Die

Tél : 04 75 21 08 51 ou 06 42 00 23 73

http://www.a-bicyclette.com

Un VAE, c’est quoi ? C’est un vélo doté d’une batterie au lithium et d’un petit moteur. Dès qu’on pédale, le moteur se met en marche et accélère l’allure. Comme si un autre cycliste, assis sur un tandem imaginaire, pédalait derrière vous pour vous soulager ! La batterie possède de 40 à 60 kilomètres e montagne. Considérés comme des bicyclettes, ces vélos peuvent être utilisés sur les pistes, les bandes cyclables et les voies vertes. Ils ne sont pas soumis à une assurance spécifique ni à une obligation de port du casque. Les vingt-cinq vélos de David Caqueret sont de fabrication alle- mande, haut de gamme et très fiables. Ils possèdent huit vitesses et sont typés ville, avec une position assise assez droite. David Caqueret

Extrait du Journal du Parc n°63 - Juillet 2012

vendredi 19 octobre 2012

Le recyclage gagnant

Pierre Lallier et Dominique Duvillard-Charvaix - Chantal Baud

Trois ans déjà que la recyclerie de Villard-de-Lans a ouvert ses portes. Chacun y apporte ce dont il veut se débarrasser sans pour autant vouloir jeter, histoire de donner une seconde vie aux meubles, livres, jouets et objets divers.

À l’origine de ce concept résolument DD (entendez développement durable), Dominique Duvillard-Charvaix, épaulée dès la première heure par son collègue élu, Pierre Lallier. Dominique s’est installée sur le plateau en 1987 pour y exercer le métier de directrice de l’école maternelle de Villard pendant plus de 21 ans. D’un tempérament actif et positif, elle a toujours consacré beaucoup d’énergie au bénévolat. En 2008, après une carrière menée avec passion, Dominique prend sa retraite et s’engage immédiatement au sein du conseil municipal pour se dédier aux affaires sociales. L’année suivante, c’est lors d’une réunion du Comité d’Action Sociale qu’elle présenta l’idée de la recyclerie. En ayant fait le constat du gaspillage à outrance, de l’accumulation d’objets potentiellement recyclables à la déchetterie et consciente des difficultés sociales rencontrées par certaines personnes, l’action lui vint comme une évidence. Pierre Lallier lui emboîta le pas. Ces deux volontés en marche, la recyclerie ouvrit ses portes quelques mois seulement après sa première évocation.

Une caverne d'Ali Baba solidaire - Pierre LallierL’idée a immédiatement séduit les habitants du plateau. Ouverte le samedi matin uniquement à son lancement, la recyclerie l’est maintenant deux fois par semaine (avec le mercredi). Les uns apportent le fruit de leur rangement saisonnier, les autres viennent tout simplement glaner ou dénicher l’objet qui leur sera précisément utile. La “ressourcerie”, comme l’on aime aussi à la nommer, est devenue un véritable lieu de rencontre et de brassage social. L’équipe en fait le constat à chaque ouverture. Tout le monde y vient, sans distinction. Et celles et ceux qui sont en situation plus précaire s’y sentent intégrés. Les prix fixés sont délibérément bas (hormis les livres et les DVD gratuits). 10 € maximum et quel que soit l’objet ! Outre les frais de fonctionnement usuels, dont ceux occasionnés pour les nécessaires remises en état, le fruit de la vente est entièrement dédié au Comité d’Action Sociale de Villard-de-Lans, sous condition sine qua non de maintenir son budget initial. En 2011, ce sont pas moins de 15 000 € qui ont ainsi été reversés.

Pari intelligent et pari gagnant donc pour toute l’équipe, dont la quinzaine de bénévoles œuvre chaque jour pour cette belle aventure colorée d’humanité.

Contact : sur place ou tosca38@hotmail.fr dominique.duvillard-charvaix@villard-de-lans.fr

Extrait du Journal du Parc n°63 - Juillet 2012