La coopérative Vercors Lait collecte le lait des producteurs du Vercors pour transformer une partie en fromage. Bilan de son action et perspectives de développement pour contrer la crise du lait.

“L’avenir de l’agriculture du Vercors passe par une valorisation du lait en fromage. C’est la seule issue pour que les producteurs puissent vivre de leur métier et qu’il y ait de nouvelles installations”, affirme avec conviction Paul Faure, président de Vercors Lait

. La coopérative, qui regroupe 36 exploitations laitières, a collecté 6,2 millions de litres de lait en 2010. 2,5 millions ont été transformés en fromage sur place, à Villard-de-Lans, dans les locaux de Vercors Lait.

Le résultat de cette transformation : 330 tonnes de fromage en 2010, dont 160 tonnes de bleu du Vercors-Sassenage, le fromage phare du massif. Le reste a été transformé en saint-marcellin, saint-félicien, faisselle, brique et bleu de petite taille comme le Col Vert et le Petit Bruchet. Une gamme bio existe depuis 2006, et elle représente aujourd’hui 55 tonnes de fromage fabriqué par Vercors Lait, soit plus du tiers de la production (contre 2 % en 2007).

La coopérative existe depuis 1956, mais l’année 2003 a représenté une grande étape : les producteurs laitiers se sont associés pour en reprendre la direction (auparavant, elle dépendait d’un grand groupe industriel).

“Aujourd’hui, Vercors Lait appartient aux producteurs. Nous sommes des artisans, pas des industriels. Notre fond de commerce, c’est une agriculture de montagne, humaine, extensive, qui respecte l’environnement”, indique Philippe Guillioud, responsable de la coopérative.

Un plateau complet de fromages

Autre étape importante : en 2006, le Parc naturel régional du Vercors a donné un coup de pouce en achetant un camion citerne 4x4 permettant de collecter le lait de la plupart des exploitations du massif, y compris dans les fermes les plus inaccessibles.

“Nous payons un loyer modique au Parc pour ce camion. C’est une aide très importante”, reconnaît Paul Faure.

Aujourd’hui, Vercors Lait est à un tournant de son histoire : un repositionnement est en cours vers des produits de plus grande qualité, ainsi qu’une valorisation plus importante en fromage. Dans cette optique, de nouveaux fromages ont été lancés en avril 2010 : le Vercorais, un fromage à pâte cuite style gruyère, la Vercorette, un fromage à raclette au lait cru, et la Bournette, une tomme au lait thermisé*. ”Ces trois fromages peuvent se garder, alors que le bleu du Vercors-Sassenage doit être vendu dans les quatre à cinq semaines suivant sa fabrication. Avec cette offre, nous avons ainsi un plateau complet de fromages du Vercors”, détaille Philippe Guillioud. Parmi les autres projets de Vercors Lait : un emmental appelé le Bombé du Vercors.

Enfin, une dernière piste pour développer les ventes : une meilleure communication, en direction des habitants, mais aussi des 2,5 millions de visiteurs annuels. “Avec le bleu du Vercors-Sassenage, nous avons la chance d’avoir la seule AOC fromagère de l’Isère, il faut le faire savoir !” Et pourquoi pas un espace d’accueil et de visites, dans les locaux de Vercors Lait, en synergie avec le magasin de vente directe ?

Article extrait du journal du Parc n°61 disponible ici.

Liste des rédacteurs des articles des blogs